Une nouvelle technique d'IRM permet de mieux comprendre la sclérose en plaques

(Relaxnews) - L'utilisation d'une nouvelle méthode d'imagerie par résonance magnétique (IRM) a permis à des chercheurs français de mieux appréhender l'évolution de la sclérose en plaques (SEP), maladie neurologique affectant le système nerveux central.

Publiés en ligne dans le journal Radiology, leurs travaux permettraient à long terme d'améliorer la prise en charge de la maladie.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs du Centre de résonance magnétique biologique et médicale ont testé une technique d'IRM permettant de mesurer et d'évaluer la quantité et la distribution du sodium dans le cerveau. Les scientifiques se sont intéressés au sodium, car ce dernier joue un rôle majeur dans le processus de dégénérescence de la fibre nerveuse du neurone.

À travers cette étude, les chercheurs ont découvert une accumulation anormale de sodium dans certaines zones du cerveau des patients atteints de sclérose en plaques à un stade précoce, et dans l'ensemble du cerveau des patients souffrant de la maladie à un stade avancé.

« Les concentrations de sodium dans la substance grise des zones fonctionnelles motrices sont ainsi corrélées à l'ampleur de l'invalidité du patient. (...) L'IRM du sodium nous ouvre une voie pour mieux comprendre l'évolution de la maladie et détecter l'apparition de l'atteinte neuro-axonale responsable du handicap chez les patients », expliquent les deux principaux auteurs de l'étude.