Une découverte qui faciliterait le diagnostic de la sclérose en plaques

Encore aujourd’hui, les neurologues ont du mal à établir un diagnostic de la sclérose en plaques. Il y a beaucoup de symptômes et aucune image clinique uniforme.

 

Cependant, des chercheurs viennent de découvrir une réponse immunitaire à la sclérose en plaques (SEP) qui pourrait grandement aider à établir un diagnostic.

 

Selon le New England Journal of Medicine, les gens atteints de SEP présentent un anticorps qui s’attaque au canal potassique KIR4.1.

 

Les canaux potassiques ont un rôle important dans la transmission des impulsions aux muscles et aux cellules nerveuses.

 

Et avec la SEP, c’est justement ce processus qui est affecté. Les personnes qui n’ont pas de KIR4.1 ne parviennent pas à coordonner leurs mouvements correctement.

 

En identifiant l’anticorps qui se lie à ce canal, le diagnostic de la maladie pourrait être plus efficace.

 

« Nous avons trouvé cet auto-anticorps chez la moitié des patients atteints de SEP dans notre étude. Cet auto-anticorps pourra améliorer le diagnostic de la SEP et nous aider à la différencier des autres maladies neurologiques », explique le professeur en neurologie Bernhard Hemmer.

 

Des études plus approfondies doivent maintenant être faites sur le sujet.

 

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net