Une combinaison de médicaments plus efficace

On administre souvent de la zidovudine, ou AZT, aux bébés de séropositives qui n'ont pas été allaités et dont la mère n'a pas eu de traitement durant la grossesse. Ce produit aide à prévenir la transmission de la maladie de la mère au poupon.

Cette stratégie n'est pas toujours efficace. Les chercheurs de l'UCLA ont découvert que la combinaison de deux ou trois médicaments, donnés au poupon 48 heures après sa naissance, pouvait réduire le risque de contraction du VIH de moitié, comparativement à l’AZT.

Toutefois, les scientifiques ont remarqué que la combinaison de deux médicaments était moins toxique pour le bébé que la combinaison de trois d'entre eux.

« La facilité de l'utilisation, la toxicité réduite, l'accessibilité ainsi que le bas prix suggèrent que la combinaison de la zidovudine et la névirapine est une option intéressante pour la prophylaxie chez les enfants à haut risque de transmission périnatale de l'infection VIH-1 », explique la professeure en maladies pédiatriques infectieuses, Dre Karin Nielsen-Saines.

Les petits qui sont nés de mères infectées et qui ne reçoivent pas de thérapies antirétrovirales ont 25 % plus de chances de devenir séropositifs durant la grossesse ou à la naissance. Leurs risques augmentent de 40 % lorsqu'ils sont allaités.

Rappelons que de prendre des médicaments anti-VIH durant la grossesse ne représenterait pas un danger pour les nourrissons, la croissance du fœtus ou la mère.

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net