Un test sanguin pour dépister le plomb chez les femmes enceintes?

Leur point est soutenu par le fait que « la majorité des femmes aux États-Unis sont exposées très faiblement au plomb, seul environ 1 % des femmes en âge de procréer ont des niveaux de plomb plus élevés que la normale dans le sang (5 microgrammes par décilitre ou plus) », explique la Dre Eva K. Pressman, qui a travaillé sur les nouvelles recommandations de l’ACOG.

Ainsi, la spécialiste suggère en premier lieu aux médecins d’explorer le passé et d’en savoir plus sur l’histoire de leurs patientes, afin de voir s’il y a des risques que ces dernières soient concernées par un niveau élevé de plomb dans le sang. Si c’est le cas, des mesures de précaution peuvent être prises.

Mentionnons que le plomb peut être transmis par le placenta d'une femme enceinte au fœtus ou par le lait maternel au bébé. Il est toxique et particulièrement nocif pour le développement du système nerveux et peut grandement toucher le QI.

L'empoisonnement au plomb peut causer des changements comportementaux, de l’hypertension, des maux de tête et de la fatigue. Des niveaux très élevés de ce métal peuvent entraîner des convulsions, le coma ou même la mort, tant chez l’adulte que chez l’enfant.

Selon les experts, les femmes qui vivent dans des maisons anciennes ayant été peintes avec de la peinture au plomb à l’époque ou qui utilisent des cosmétiques importés ou des médecines alternatives pouvant être contaminées sont plus à risque d’avoir un taux de plomb élevé dans le sang.

La Dre Pressman met toutefois en garde les femmes inquiètes qui se sentent concernées et qui voudraient mettre un terme à leur grossesse. Dans le Reuters, elle spécifie que « des niveaux élevés de plomb ne signifient pas nécessairement que le bébé aura des problèmes ».

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net