Qantas critiqué pour interdire aux passagers masculins de voyager à côté d'enfants non accompagnés

(Getty Images)Laisseriez-vous votre enfant voyager non accompagné à côté... d'un homme? Si cette question vous donne à réfléchir, sachez que vous ne faites pas exception. La politique de certaines compagnies aériennes australiennes a récemment provoqué une tempête médiatique : en effet, tout passager masculin assis à côté d'un mineur non accompagné doit obligatoirement échanger sa place avec une femme. Une politique vécue par de nombreux hommes comme un affront.

Un infirmier australien du nom de Daniel McCluskie fait actuellement les manchettes après s'être plaint de la politique de Qantas Airlines. Ce dernier a eu la désagréable sensation de se faire coller une étiquette de pédophile sur le front, selon The Age. Durant l'embarquement, la compagnie aérienne a demandé à M. McCluskie de changer de place, car son siège se trouvait à côté de celui d'une fillette qui voyageait seule. Après le décollage, un agent de bord a remercié la femme qui avait accepté de changer de place en omettant de remercier M. McCluskie.

« C'est absolument inadmissible. Cette mesure est complètement discriminatoire, déclare M. McCluskie à The Age. Cette généralisation est lamentable. »

Cet incident n'est pas isolé. Il y a quelques jours, un pompier s'est retrouvé dans une situation semblable sur un vol de Virgin Australia. Le personnel de bord l'a forcé à se déplacer alors qu'il voyageait à côté de deux garçons non accompagnés, rapporte The Australian. Lorsque l'homme s'est plaint, Virgin a initialement défendu sa décision. Après le tollé public général suscité par l'affaire sur divers réseaux sociaux, la compagnie aérienne a annoncé sur Twitter qu'elle réviserait sa politique.

Sur ce point, l'opinion publique semble se ranger massivement du côté des hommes, du moins en Australie. Un sondage en ligne sur le sujet a attiré plus de 64 000 réponses. 87 pour cent des personnes interrogées jugent que cette politique est « sexiste et suggère que tous les hommes sont des pédophiles en puissance ».

Il semblerait que la marée de l'opinion publique sonnera bientôt le glas de ce qui apparaît aux yeux de beaucoup comme une politique sexiste. En outre, les tribunaux précipitent la chute de cette pratique. En 2010, un passager de British Airways a obtenu un règlement après avoir intenté un procès à la compagnie aérienne, dont la politique contrevenait selon lui à la loi britannique contre la discrimination en raison du sexe. Le jugement a contraint British Airways à réviser ses politiques. Les mineurs non accompagnés voyagent désormais dans une zone réservée, près des agents de bord.

Bien qu'une politique comme celle de Qantas visant exclusivement les hommes semble enfreindre les lois les plus élémentaires en matière de lutte contre la discrimination, la quasi-totalité des cas d'abus en vol signalés aux États-Unis sont le fait de passagers masculins, selon un article du San Francisco Weekly. Katie Baker, qui publie des billets de blogue sur Jezebel, propose une solution intéressante : interdire aux passagers de changer de place pour se trouver à côté de mineurs non accompagnés. Comme l'indique également l'article du San Francisco Weekly, la plupart des cas d'agression signalés sont commis par des hommes qui demandent expressément à changer de place.

Au Canada, la section 15 de la Charte canadienne des droits et libertés vise à empêcher toute « atteinte à la dignité et à la liberté humaines essentielles au moyen de l’imposition de désavantages, de stéréotypes ou de préjugés politiques ou sociaux », selon la Cour suprême. Il semble évident qu'accuser tous les hommes d'être des agresseurs d'enfants en puissance constitue une atteinte à la dignité humaine au moyen de stéréotypes.

Selon Peter Fitzpatrick, porte-parole d'Air Canada, la compagnie transporte plus de 10 000 enfants non accompagnés chaque année. Elle n'a édicté « aucune politique interdisant à un mineur non accompagné de s'asseoir à côté d'un passager masculin ».

« En général, l'équipage veille soigneusement sur les mineurs non accompagnés et s'assure fréquemment que tout se passe bien. Les enfants sont habituellement assis près de l'office où sont présents les agents de bord », explique Peter Fitzpatrick.

Bien qu'Air Transat déclare n'avoir adopté aucune politique en la matière, les deux compagnies aériennes affirment respecter autant que possible les demandes des parents qui souhaitent que leurs enfants non accompagnés voyagent à côté de femmes.

Pensez-vous que les politiques de Virgin Australia et Qantas Airlines soient discriminatoires? Préféreriez-vous que votre enfant voyage non accompagné à côté d'une femme? Faites-nous part de nos commentaires.

En vedette