Mort du couple traditionnel? Bon débarras!

Mort du couple traditionnel? (Getty Images)Même si l’envie (et la pression) d’être en couple demeure à peu près toujours la même, les raisons d’être dans un couple de type « jusqu’à ce que la mort vous sépare » ou « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » diminuent de décennie en décennie. En fait, on pourrait même dire qu’il commence à manquer de raisons pour se matcher sérieusement. 

La contraception est sûrement l’ennemie numéro un du couple dans sa forme traditionnelle. À partir du moment où l’on a pu coucher ensemble sans qu’il n’y ait de conséquences importantes (des bébés ou des bibittes), ça a complètement changé la donne.

Pas étonnant si la plupart des religions babounent le concept de contraception. Ça change complètement la dynamique (et leur plan de marketing pyramidal). Cela dit, est-ce que quelqu’un voudrait vraiment revenir en arrière? J’ose espérer que les mains levées sont rares.

La contraception a joué un rôle primordial dans la quête des femmes vers leur autonomie. Avant, le couple s’imposait de lui-même (de façon plus ou moins élégante). Une femme qui risquait à tout moment de tomber enceinte préférait sûrement se trouver un homme fiable le plus rapidement possible.

Une fois que la jeune dame avait pondu deux ou trois rejetons, il était difficile de quitter le navire. Non seulement c’était mal vu, mais concrètement, la femme était souvent sans emploi, et donc, sans le sou. Une mère pouvait difficilement faire subir une telle situation à ses enfants sous prétexte qu’elle n’est plus en amour avec le père de ses enfants (ou qu’elle n’accote pas les stats sexuelles des autres lectrices du Cosmopolitain).

Fort heureusement, les femmes sont maintenant beaucoup plus indépendantes, et les pères beaucoup plus responsables. Le gouvernement est aussi là pour intervenir de différentes façons (argent, garderie, etc.), selon les besoins des familles.

Un dommage collatéral : il y a moins de couples (malheureux).

Une autre raison qui fait que le couple se retrouve magané, c’est qu’on devient de plus en plus exigeant au niveau sexuel. On aimerait conserver la fameuse passion sexuelle des débuts de relation durant toute une vie. Malheureusement, cet objectif est difficile à atteindre puisqu’un couple qui dure ne peut pas toujours être à ses débuts.

On remet donc en doute l’exclusivité sexuelle en jasant de couple ouvert et d’échangisme et bla bla bla… Et une fois que l’exclusivité sexuelle a pris le bord, que reste-t-il du couple traditionnel? De la nostalgie qui vient de nos parents ou des comédies romantiques quétaines? La pression sociale? L’envie de vivre le grand amour?

Le problème avec le grand amour, c’est qu’il est rare. Résultat? Le couple perd encore en nombre et en durée.

Cela dit, peut-être que ce qu’on perd en quantité, on le gagne en qualité. La plupart des mauvaises raisons d’être en couple ayant disparues à travers les années, on peut au moins croire que les gens qui sont en couples présentement, ils le sont enfin pour la seule bonne raison qui soit : parce qu’ils le souhaitent.