Le succès du Beardo, la tuque en laine à barbe amovible, surprend son créateur

(Beardo/Facebok)Les barbus n'ont pas peur de l'hiver : leurs joues restent bien au chaud et leur pilosité leur donne un petit air de bûcheron. Pourtant, la barbe présente quelques inconvénients : elle pique, elle démange, les femmes en ont été privée par Mère nature et... elle donne vraiment un air de bûcheron.

Heureusement, l'entrepreneur Jeff Phillips a pensé à tout : grâce à sa solution ingénieuse, le Beardo, dites adieu à vos problèmes de barbe. Cette tuque en laine à barbe amovible se replie en un clin d'œil.
Refoulé par le jury de l'émission Dragon's Den (version anglophone de Dans l'œil du dragon), le Beardo connaît une popularité qui surprend même son créateur.

« Le produit a rapidement séduit une foule de gens, et pas seulement les skieurs et les planchistes comme on s'y attendait à l'origine », écrit Jeff Phillips sur le site Web de sa société.

L'ancien résident de Stratford, Ontario, (il vit désormais en Australie) a eu l'étincelle de génie alors qu'il faisait de la planche à neige sur la piste Seventh Heaven à Whistler, en Colombie-Britannique. Il faisait particulièrement froid ce jour-là. Jeff Phillips a donc enroulé son foulard autour de son visage avant de le trouer pour boire à la bouteille. Le Beardo était né. Il a ensuite peaufiné le concept avec la grand-mère d'un ami et une ex-petite amie, toutes deux expertes des aiguilles à tricoter, explique le Globe and Mail.

Le Beardo est maintenant commercialisé en ligne dans le monde entier, et la collection s'est enrichie d'accessoires hivernaux farfelus : craquez pour la tuque Houdini 3-en-1 (une tuque de laine qui se transforme en foulard et en bandeau) ou le « November Cap », un Beardo à moustache flexible.

Les tricots kitsch ont fait un tabac dans les médias. Jeff Phillips a été invité sur de nombreux plateaux de télévision et plusieurs personnalités n'ont pas hésité à recommander ses produits. George

Strombolopolous de la CBC s'extasie sur le produit : « Comment vivait-on sans ces Beardo tricotés? Ils sont aussi chauds que des masques de ski, mais personne ne s'imagine que vous allez les agresser.»

Lorsque Jeff Phillips a présenté son invention en mars dernier dans l'émission Dragon's Den de la CBC, le Beardo a reçu un accueil relativement glacial. En entendant l'histoire de l'entrepreneur, qui s'est présenté avec sa barbe de laine sur le visage, Arlene Dickinson s'est contentée d'un laconique : « Vous fumez quoi? ». Lorsqu'il a ensuite expliqué que sa petite entreprise avait déjà rapporté 100 000 $ en cinq mois, le jury s'est quelque peu radouci.

« De prime abord, j'ai cru à une plaisanterie, a déclaré Arlene Dickinson. Je me suis dit : et voilà, c'est reparti. Mais vous m'avez complètement convaincue. » Le jury a finalement unanimement décidé que Jeff Phillips n'avait pas besoin de financement et l'a encouragé à « rester en marge des circuits de distribution ».

Et le conseil n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Jeff Phillips fait la promotion de son produit par l'entremise de Facebook, d'apparitions dans les médias et du bouche à oreille. Pour le moment, ça marche très fort. La page Facebook du Beardo totalise à ce jour 47 930 j'aime, contre seulement 11 000 en mars.

Que vous soyez ou non adepte de la barbe, vous en croiserez sans doute quelques-unes en tricot cet hiver.