La paternité tardive risquée pour le bébé

Publiés dans la revue Nature, les résultats démontrent que ce ne sont pas que les mères plus âgées qui peuvent transmettre involontairement des problèmes à leur bébé en les ayant à un âge avancé.

«Souvent, la mère est montrée du doigt dans les couples ayant un enfant souffrant d'une pathologie d'ordre génétique. Ce n'est pas juste. Aujourd'hui, il existe suffisamment de données pour dire aux hommes que passé un certain âge, il n'est pas très raisonnable d'avoir des enfants, car le risque génétique est tout aussi accru pour eux», explique le chef du service de génétique de l'hôpital Necker de Paris, Stanislas Lyonnet.

De plus, le père transmettrait quatre fois plus de mutations génétiques que la mère à cause de la division cellulaire des spermatogonies. 

L'étude a démontré que les hommes de 40 ans et plus avaient six fois plus souvent des enfants atteints d'autisme que les plus jeunes pères. Cette maladie est due à une mutation génétique dont le père est en partie responsable.

Rappelons toutefois qu'avoir un bébé après 30 ans permettrait de réduire les risques de cancer de l’endomètre chez la femme. Il semblerait que pour les femmes qui ont entre 35 et 39 ans, le risque baisse de 32 %, et de 44 % une fois que le cap de la quarantaine est passé.

Crédit photo: FreeDigitalPhotos.net