La facture exorbitante des activités sportives des enfants

(Getty Images)Sherry Weinberg Cromett de Seattle énumère au téléphone une longue liste de sports : gymnastique, soccer, natation, ski, base-ball. Sans parler du tennis, du cyclisme et du patin à roues alignées. Vient ensuite la facture : Vélo : 200 $. Leçons de gymnastique : 80 $ par mois. Leçons de natation : 75 $ par mois. Leçons de soccer : 75 $ par mois. Leçons de ski : 500 $ pour une semaine à Whistler.

Multipliez ce chiffre par deux et vous aurez une idée de la facture astronomique de parents qui souhaitent faire participer leurs jumelles à des activités sportives.

Pour Sherry et son mari Mark, qui gagnent tous deux bien leur vie, les coûts n'ont pas donné lieu au coup de sifflet final. «Nous tenons à ce que les filles aient la chance de pratiquer ces sports, explique cette mère. Nous calculons le moyen le plus économique d'y parvenir. La question n'est pas de savoir si nous allons leur offrir ces activités, mais plutôt où et comment.»

Sherry et son mari proposent des activités variées à leurs jumelles de six ans afin qu'elles puissent découvrir des sports très différents et «trouver ce qui leur plaît». (Et pour la petite histoire : Mme Cromett et l'auteure de cet article sont d'anciennes camarades d'université, mais n'ont jamais pratiqué aucun sport ensemble.)

À tout ceci s'ajoutent des coûts cachés pour les parents qui travaillent : ceux des nombreux trajets pour emmener les enfants à une myriade d'activités. Le couple travaille à temps plein et emploie une gardienne qui vient chercher les filles à l'école pour les emmener à leurs entraînements sportifs. Il faut également prévoir les changements de tenues, de souliers voire d'équipement en plein milieu d'année lorsque les enfants grandissent.

Ceci dit, ce budget conséquent alloué aux activités des enfants semble relativement raisonnable par rapport aux sports les plus dispendieux.

Pour les parents d'enfants scolarisés à l'école primaire qui commencent à participer à des sports collectifs, la facture s'allonge d'année en année selon la persévérance de leur progéniture dans le sport choisi. Les frais incluent souvent l'équipement, les tenues, les transports et les leçons privées.

Voici le détail de la facture pour les sports qui pèsent le plus lourd sur le budget.

Équitation

Si vous vous renseignez sur le prix, vous ne pouvez probablement pas vous le permettre. Les parents doivent non seulement payer des leçons privées et des équipements onéreux (selles, brides, cravaches et bottes), mais aussi assumer les frais d'écurie. Ces derniers incluent l'alimentation, la location de la stalle et les frais de vétérinaire. Il faut aussi s'acquitter des droits de participation aux compétitions. Ces factures particulièrement salées peuvent facilement atteindre plusieurs milliers de dollars par an. Le Daily Mail a un jour rapporté que Bill Gates dépensait entre 50 000 et 75 000 $ pour chacun des quatre chevaux d'obstacle d'élite de sa fille Jennifer, ainsi que 50 000 $ pour les étables et les entraîneurs.

Hockey et patinage artistique

Si vos chers petits se passionnent pour la patinoire, préparez-vous à casser votre tirelire. Rien que l'équipement de hockey peut coûter jusqu'à 250 $. Les leçons de patinage, indispensables avant de commencer à manier le bâton, se montent à environ 100 $ par séance. Et pour les patineurs artistiques en herbe, les leçons sont légèrement plus chères : comptez environ 130 $. Si le loisir devient une véritable passion, les coûts associés aux pratiques et au transport peuvent atteindre 1 000 à 3 000 $ par an.

Gymnastique
Chaque séance de gymnastique de loisir coûte entre 15 et 20 $. En revanche, les séances de gymnastique de compétition coûtent en général de 150 à 300 $ par mois, selon le nombre d'heures de pratique. Pour un camp d'une semaine, comme celui offert par l'entraîneuse d'équipe olympique Bela Karolyi, vous devrez débourser 475 $.

Crosse

Ce sport tant féminin que masculin connaît un véritable engouement aux États-Unis. Des équipes sont formées dès le jardin d'enfants. Pour les garçons, ce sport de contact nécessite de l'équipement de protection et de rembourrage : entre le bâton, les gants, le casque, les protections pour les coudes et les épaules et les protections pour la poitrine pour le gardien, les parents peuvent s'attendre à dépenser 650 $. La version féminine se rapproche davantage de la façon dont la crosse était pratiquée à l'origine par les Amérindiens et les contacts physiques ne sont pas autorisés. Il ne reste donc plus qu'à acheter les souliers, les protections buccales et faciales ainsi que le bâton, qui a lui seul peut coûter 250 $.

La note est également salée pour d'autres sports comme le golf, la natation et la voile qui requièrent des leçons privées.

En vedette