Fâché Noir - Hommage au Douchebag

Quand j’entends une personne en traiter une autre de douchebag, c’est toujours prononcé avec une moue dédaigneuse, comme lorsqu’on prononce «coloscopie», «buffet chinois» ou «le dernier film de Night Shyamalan». Pourquoi le douchebag a-t-il si mauvaise réputation? Il est pourtant un pur produit de notre société et son comportement devrait être encouragé et même copié.

Nous devrions tous être des douchebags.

D’abord, le douchebag est influençable. Avec les milliards qui se dépensent en publicité chaque année, ça doit être une bonne chose, non ? Le douchebag achète inévitablement un des deux modèles de voitures qu’on l’incite à acheter. Soit un 4X4 énorme conçu pour rouler en pleine guerre civile sans se faire égratigner, soit une voiture sport qui, dans la publicité, roule à fond la caisse sur une petite route de campagne au son d’une musique techno. Le douchebag adore rouler à fond la caisse sur une petite route de campagne au son d’une musique techno.

Il vit dans une société de consommation et il consomme. N’est-ce pas normal? Des t-shirts Ed Hardy, des casquettes Ed Hardy, du vin Ed Hardy, il s’est même laissé prendre à acheter le coffret des DVD de Laurel & Hardy. (Déception.) Donnez-lui du tofu Ed Hardy, il l’avalera sans le mâcher. Mettez de la crème anticellulite dans un pot gris foncé et inscrivez le mot « man » en rouge dessus, il va l’acheter. Il achète la bière qu’on lui dit de boire, il regarde les émissions qu’on lui dit de regarder et, dans le cas de Loft Story et d’Occupation Double, il rêve même de jouer dedans. Et plutôt que d’aller bronzer sur les plages d’Espagne ou d’Italie, il investit localement et voyage tous les jours de chez lui jusqu’au salon de bronzage le plus près. C’est un être bien dans sa peau et c’est sans honte qu’il exhibe ses tatouages tribaux qui n’auront été à la mode que l’espace de quelques jours au mois de juillet 1991.

N’allez pas croire que le douchebag est froid et insensible malgré son apparence de batteur de femme droit sorti d’un film porno. D’après ce que j’ai pu constater, en m’astreignant à regarder quelques minutes d’émissions de téléréalité, le douche adore pleurer dans les bras d’un de ses compatriotes en disant «tu vas me manquer, chummy» ou «va-t’en pas, el’gros». Le douchebag a le cœur sur la main.

Il serait aussi présomptueux de croire que le douchebag est simple d’esprit parce qu’il préfère ratatiner dans un jacuzzi ou dégueuler dans les manèges de la ronde plutôt que d’ouvrir un livre de poésie bulgare ou d’écouter les opéras de Puccini en fumant la pipe. C’est un être complexe et rempli de contradictions. Par exemple, il passe des heures au gym à se bâtir une charpente virile et musclée, mais adore s’épiler les parties génitales pour qu’elles ressemblent à celles d’un enfant prépubère. On le croit égocentrique alors qu’il est si peu centré sur lui-même qu’il ignore être un douchebag.

Ah, et ça se prononce «douwshe» et non «doutsche». Tant qu’à crier des noms à des gros tas de muscles au péril de votre vie, faites-le comme il faut.

Plus de Fâché Noir