Fâché noir contre les politiciens

Devenez politicien, c'est simple!Hé, toi, le jeune, tu as envie d’un premier emploi stimulant et plein de défis? Tu as une poignée de main ferme et un sourire avenant? Pourquoi te contenter d’être serveuse sexy dans un restaurant ou livreur de poulet? Savais-tu que, malgré ton inexpérience, rien ne t’empêche de te lancer en politique et de te faire élire comme député? L’ADQ l’a prouvé il y a quelques années et, plus récemment, le NPD aussi : c’est à la portée de tous. Tu n’as que ce court formulaire à remplir :
………………………………………………………………………………………………………………….
Nom :
Adresse :
Je veux me présenter aux élections municipales [  ] provinciales [  ] fédérales [  ] en tant que député du parti _________. (Fouille dans Google pour savoir lequel t’intéresse le plus.)
………………………………………………………………………………………………………………….

Et voilà! Envoie le formulaire à l’adresse du parti, et on risque de te rappeler! À toi le travail prestigieux, le salaire généreux et les avantages sociaux! Et ça ne t’engage à rien. Si un jour l’idéologie de ce parti ne te plaît plus, tu pourras changer à ta guise!

Pour mettre toutes les chances de ton côté, voilà ce dont tu auras besoin :

UN COMPLET MAL COUPÉ ou UN HABIT DE MADAME
Nul besoin d’acheter chez Dubuc ou Marie Saint-Pierre! Le politicien choisit ses vêtements dans les bacs de liquidations des ventes-trottoirs. Pour monsieur, un veston trop grand fera l’affaire et, pour madame, n’importe quoi avec des manches bouffantes et des épaulettes.

UNE COUPE DE CHEVEUX LAIDE
Homme, peu importe ton âge, tu n’es jamais trop jeune pour posséder un « combover », qu’on réussit en peignant les cheveux du côté droit pour les envoyer complètement à gauche. La calvitie prématurée est aussi acceptable. Évite les salons de coiffure et privilégie les barbiers. Pour la femme, la permanente est indémodable, puisqu’elle n’a jamais été à la mode. Pour un look plus androgyne, le cheveu court, raide et grichou se porte aussi très bien.

UN SOURIRE ET DES ACCESSOIRES

Dès que tu aperçois une caméra ou un appareil-photo, tu souris. Si tu en as un à portée de la main, tu prends un enfant dans tes bras. Si on te remet des ciseaux, tu coupes un ruban. Si on te remet une pelle, tu lances une pelletée de terre. Si on te remet une enveloppe, tu la fais vite disparaître dans tes poches en disant merci.

Tu verras, c’est facile! Même pas besoin de réfléchir : tu recevras régulièrement des fascicules avec les questions que pourraient te poser les journalistes, accompagnées de réponses suggérées. Mais, idéalement, tu ne parles pas aux médias. Le chef est là pour ça! Si tu ne peux l’éviter, fais comme quand tu étais enfant et nie toute responsabilité. Les « C’est pas moi! » ou « J’ai rien fait! » de l’enfance deviennent « Je ne suis au courant de rien! » ou « C’est la faute à ceux qui étaient là avant nous! » Si jamais l’envie te prend de dire quelque chose qui n’est pas écrit dans le fascicule, il te faudra remplir un formulaire long et compliqué. Mais à quoi bon se casser la tête?  « Le silence est d’or », comme on dit, et c’est beaucoup moins de trouble.

Le seul petit problème que tu pourrais rencontrer au cours de ta carrière, c’est l’électeur. Il est généralement cynique et désabusé, et on se demande bien pourquoi. Tu n’auras qu’à faire comme s’il n’était pas là! Tant pis pour lui!

Plus de Fâché Noir