Fâché Noir contre les légendes urbaines

Le yéti, une légende urbaine ? (Getty Images)Quand j’étais adolescent, j’adorais les livres qui traitaient de phénomènes paranormaux ou inexpliqués. Je savais tout ce qu’il y a à savoir sur le triangle des Bermudes (les gens disparaissent dedans), le monstre du Loch Ness (on ne l’a toujours pas trouvé) ou les extraterrestres (ils sont verts et portent des habits moulants).

Je m’abîmais les yeux sur des photos floues de fantômes ou de soucoupes volantes et je me souviens que la fameuse photo du yéti (flou) marchant dans la forêt (floue) avait longtemps excité mon imagination.

J’ai appris récemment que l’image était tirée d’un film qui dure une trentaine de secondes. Si la photo était intrigante, le film nous montre de toute évidence quelqu’un qui marche d’un air blasé dans un costume de gorille. Mettez-lui un rouleau de papier hygiénique à la main, il aura l’air d’un chef scout qui s’en va faire ses petits besoins derrière un arbre. Fin de l’énigme.

Le web a ceci de formidable qu’il est un outil pour élargir nos connaissances, tuer les mystères et se rendre compte qu’on a passé son adolescence à s’extasier sur des niaiseries.

Ami lecteur, je crois que le moment est bien choisi pour que je te chicane un peu. Tu auras peut-être honte ou, pire, tu tenteras de le nier, mais je te connais. Tu as parfois tendance à te servir du web pour propager une légende urbaine plutôt que pour tenter de savoir si elle est fondée ou non. Ne fais pas semblant de rien. Je t’ai vu faire, j’ai pris ton nom en note. Je ne dénoncerai personne ici mais je me souviens très bien t’avoir vu relayer sur les réseaux sociaux la nouvelle qui dit qu’aux États-Unis on avait décidé de classer la pizza comme étant un légume.

On aime bien rire des Américains chaque fois qu’on en a l’occasion mais, l’histoire, c’est que le Sénat tentait simplement de déterminer si la pâte de tomate qu’on retrouve sur une pointe de pizza équivalait à une portion de légumes ou non. Et toi, là, qui ne dit rien depuis tantôt, tu n’as pas de quoi être fier : je t’ai vu propager avec empressement le message à propos des cinquante-deux chevaux à sauver de l’abattoir.

C’était une nouvelle vieille de deux ans.  Le dossier est réglé et tous les chevaux ont été épargnés. Croyais-tu vraiment qu’un de tes amis ferait le voyage jusqu’en Ohio pour ramener les bêtes et les élever dans sa cour? Et puis tu te souviens, l’annonce de chiots à donner que tu as envoyée à tous tes amis? La photo circule depuis tellement longtemps que les seuls chiens qu’on y voit qui ne sont pas encore morts de vieillesse ont tous de sérieux problèmes de hanches.

Aussi, sache que les homards ne crient pas quand on les plonge dans l’eau bouillante (le bruit est causé par la vapeur qui s’échappe de sa carapace). Les étranges cercles qu’on trouve parfois dans les champs de blé ne sont pas des messages extra-terrestres (deux Anglais ont expliqué il y a longtemps comment ils s’y prenaient et ont ainsi contribué à propager le canular). Aucun riche héritier camerounais ne souhaite te donner vingt millions de dollars en échange de tes mots de passe (désolé).

Tu veux apprendre plein d’autres informations pertinentes ? N’hésite pas à te servir de Google ou de tout autre moteur de recherche. Parce que je ne peux pas toujours être là, tout près, une main bienveillante posée sur ton épaule, pour t’empêcher de croire n’importe quoi.