Fâché Noir contre les allergies alimentaires

(Getty Images/Steven Mark Needham/FoodPix)Dans la vie, il arrive parfois que ce que l’on est et ce que l’on veut faire soit incompatible. Pour ma part, je suis allergique aux arachides et aux noix, mais ça ne m’empêche pas d’avoir parfois l’envie folle d’aller au restaurant. C’est plus périlleux qu’il n’y paraît. Lorsque vient le temps de passer votre commande et que vous précisez que vous êtes allergique aux noix, les serveurs se divisent en deux types, dépendant de leur réaction.

Le premier, appelons-le Jean-Gilles pour le punir, se contentera d’un subtil haussement de sourcil pour accuser réception de votre allergie mortelle. Jean-Gilles n’est pas rassurant du tout. Devant votre insistance, il fera un trait ou une croix d’un coup de crayon nonchalant sur son calepin. Tout au long du repas, vous vous demanderez si Jean-Gilles a bien entendu, s’il n’a pas confondu « j’ai une allergie aux noix » et « j’aime le tapioca ». Vous ne serez certain de rien et mangerez votre repas comme si chaque bouchée était votre dernière.


Le deuxième serveur, appelons-le Fabrice, est très bien informé. Il connaît les dangers qui vous guettent. Sans doute qu’il tentera de vous rassurer en racontant une anecdote complètement dégueulasse. « La petite fille gonflait, facke là je lui ai planté l’Epipen dans le cœur pis lui ai ouvert la trachée d’un bon coup de stylo Bic pour faire un trou pour qu’elle respire… » Fabrice avertira tous les serveurs de ne pas vous approcher s’ils ont mangé des rôties au beurre d’arachide pour déjeuner et il inspectera la cuisine pour s’assurer qu’aucune noix n’ait assisté de près ou de loin à la confection de vos plats. Avec Fabrice, vous êtes en sécurité. Il se lavera les mains à l’eau de javel et vous avertira chaque fois qu’il découvre sur le menu un met qui aurait pu vous être fatal. Vous aurez beau lui dire que vous n’auriez évidemment pas commandé la sole amandine et que votre spaghetti sauce tomate semble sans danger, il n’en finira plus de s’inquiéter. Votre vie, ce soir, est entre ses mains moites. Alors que Jean-Gilles vous apporterait le dessert de votre choix, que vous retourneriez en voyant qu’il est décoré de noix de Grenoble, Fabrice ne vous laissera d’autre choix que de commander la crème brûlée, seul dessert sécuritaire de tout le menu. Et ce bon Fabrice restera tout près pendant que vous mangez, en guettant vos réactions.

Mais vous n’en aurez aucune, puisque vous êtes mauditement tanné de manger de la crème brûlée chaque fois que vous allez au restaurant.


Fait amusant #1

L’Epipen est une grosse seringue épeurante à auto-injection qui contient de l’adrénaline et qu’on se plante dans la cuisse en cas de réaction allergique sévère. Plus précisément, c’est une patente qui coûte cher et dont ta vie dépend mais, tant que tu n’as pas à t’en servir, tu ne sais pas du tout si elle fonctionne.

Fait amusant #2

Certains confondent allergie et intolérance alimentaire. Alors que le premier pourra provoquer urticaire, crise d’anxiété, difficultés respiratoires, enflure de la gorge et choc anaphylactique causant la mort, le second vous vaudra surtout une visite très très urgente aux toilettes.

Fait amusant #3

L’Epipen ne vous sauve pas la vie en cas de choc anaphylactique, il ne fait que vous la rallonger d’une quinzaine de minutes, le temps que les ambulanciers arrivent ou que Jean-Gilles, pour éviter que vous n’importuniez les autres clients avec vos gargouillis d’étouffement, vous déplace discrètement dans la ruelle.