Fâché Noir contre la moustache

Je me sens le devoir de vous prévenir, au cas où vous prendrait l’envie folle d’aller dehors: vous risquez de croiser des moustachus. Et je ne parle pas seulement des branchés anglophones du quartier Mile-End âgés entre 22 et 28 ans qui travaillent dans la publicité ou de quelques vieilles dames au taux de testostérone élevé, non. Les hommes se laissent pousser la moustache pour lutter contre le cancer de la prostate.

J’imagine que vous ne voyez pas le rapport. Moi non plus. Sinon que moustache et prostate, dans la plupart des cas, n’appartiennent qu’aux hommes. (Ma perspicacité est sans limites.)

«Movember», le nom de la cause, est un jeu de mots douteux, plus précisément une union forcée entre «moustache» et «november». Un peu comme «Je suis de Terrebonne-Humeur»: ça marche plus ou moins.

Le mouvement prend de l’ampleur au Québec. Pour être parfaitement honnête avec vous, le mouvement prend surtout de l’ampleur à Montréal, sur Mont-Royal entre Saint-Laurent et Papineau, mais ça n’empêche pas l’organisme d’avoir fait l’effort de traduire «Movember» par «Movembre», expression qui ne passera pas dans les mœurs puisque les moustachus sur Mont-Royal entre Saint-Laurent et Papineau ont tendance à préférer la langue d’Arcade Fire à celle d’Alfa Rococo quand vient le temps de se donner un genre.

J’ai invité le rappeur DJ ‘Stash à venir vous parler de la cause. Allez, DJ, éblouis-nous avec tes rimes sublimes!

Yo yo yo c’est le temps de la moustache c’est pour une bonne cause on est tous des bros c’est la moustache qui nous rattache les hipsters les douchebags y’en a pour tout le monde y’a les hipstaches les douchestaches les grosses ‘stache de Saint-Eustache ça a l’air un peu ouache mais n’empêche que ça smashe il faut que le monde le sache il faut qu’on flashe c’est pas le temps d’être chiche c’est pas le temps d’être vache même si t’es peu pileux fais pousser ce que tu peux minoustache ou lougaroustache il faut que tu pimpes ta face on se gâte la prostate on montre nos moustaches on ramasse du cash yo.

Voilà, vous savez tout. Ou presque: en me documentant pour les besoins de ma chronique (ça m’arrive), j’ai appris que les jeunes hommes qui se laissent candidement pousser la moustache pour la cause ne sont pas du tout le public cible. Ce sont les hommes de cinquante ans et plus qui sont à risque, et on leur recommande de passer un test de dépistage une fois l’an.
C’est très curieux, d’ailleurs: je n’ai encore rencontré personne qui participe à Movember qui m’ait confié avoir pris rendez-vous pour se faire tâter la prostate. J’en conclus donc que les moustachus de novembre sont complètement altruistes et s’impliquent uniquement pour le bien des autres. Je préfère trouver ça admirable plutôt que louche.

Je vous donne quatre bonnes adresses, dépendant de vos intérêts:

Pour devenir moustachu et aider la cause:
http://ca.movember.com/fr/
Pour faire un don sans devoir s’enlaidir ou avoir le philtrum qui pique :
http://www.prostatecancer.ca/
Pour aider la lutte contre tous les types de cancers, qu’ils touchent les jeunes, les vieux, les hommes, les femmes et les moustachu(e)s :
http://www.cancer.ca/
Pour avoir la définition du mot rare que vous venez tout juste de lire :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philtrum

Et n’oubliez pas: si vous êtes un homme de plus de cinquante ans, le majeur vigoureux d’un médecin attend votre visite.



Plus de Fâché Noir