Fâché Noir contre 2012

Ça y est. Vous avez fini de lire les cent cinquante mille critiques du Bye Bye, vous avez oublié ce que vous avez reçu à Noël et vous avez jeté votre sapin desséché par la fenêtre. C’est avec une douce impression de soulagement que vous constatez que 2011 est enfin derrière vous. C’est toujours pareil : une année se termine et on se dit que la prochaine sera meilleure.
Mais, déjà, les promesses de changement qu’apportent le nouvel an se sont heurtées à vos résolutions non tenues de manger mieux, de manger moins, d’aller au gym, d’économiser, bref, d’être un heureux mélange entre Mère Teresa et le Dalaï-Lama, mais en plus ferme et plus sexy.
Permettez-moi d’être celui qui frappe dedans la vie à grand coup de pied et de vous révéler un secret : 2012 ressemblera beaucoup à 2011.

Au cinéma, on aura probablement droit à Titanic 3, Toy Story 8, Shrek 29, Saw 66, Halloween 2033 ainsi qu’aux versions 3D de  Love Boat, Gilligan’s Island, Twitter et Pac Man. À la télé, il y aura plein de nouvelles émissions, principalement des quiz et des talk-shows animés par des humoristes qui recevront d’autres humoristes. En plus de souligner en grande pompe les trente ans de RBO, on verra aussi le groupe Les Bleu Poudre rendre un hommage vibrant au Groupe Sanguin, qui lui rendra hommage à Dominic et Martin qui eux animeront un gala hommage aux Mecs Comiques. (C’est en 2012 qu’on atteindra officiellement au Québec le ratio de trois humoristes pour un médecin.) À la radio, des émissions aux cotes d’écoute peu satisfaisantes verront leurs animateurs (des humoristes) remplacés sans ménagement par d’autres animateurs (aussi humoristes). Dans les sous-sols de banlieue, de candides humoristes croiront qu’ils règlent des problèmes de société parce qu’ils se filment sur leur webcam en disant «C’est fini, je suis tanné!».

Dans le secteur des technologies dont on aimerait pouvoir se passer, il y aura cent soixante mises à jour de iTunes, cinq nouveaux Facebook et quatre nouveaux Twitter, sans aucune autre modification apparente que celle de faire disparaître la fonction que vous aimiez le plus. Et il y aura tout plein de nouveaux iPhone, iPod et iPad parce que oui, Apple sans Steve Jobs, ça se peut.

Une fois de plus, les médias vont s’exciter de façon obsessive sur une nouvelle fin du monde, cette fois-ci prédite par les Mayas, un peuple supposément évolué et fort crédible malgré sa tendance à noyer des enfants pour augmenter les chances de pluie. Aussi, les chroniqueurs de Québécor vont bitcher Gesca et Radio-Canada, et vice versa. Ça continuera d’intéresser personne.

Pour passer une belle année en évitant qu’elle vous déçoive, j’ai un truc qui fait des merveilles : au niveau des attentes, je mets la barre si peu haute que je peux passer par dessus sans problème en rampant. Bien sûr, Stephen Harper continuera à faire du Canada un pays moche où on ne se reconnaît plus et tentera de fourguer son amiante aux pays en voie de développement. Contentons-nous d’espérer qu’il jette ses gobelets de café dans un bac de recyclage une fois de temps en temps. Ce serait déjà formidable.

Je vous souhaite à tous une année 2012 sans pont qui s’écroule, sans inondations et sans lipdubs.