Cette qualité est un vilain défaut

La modestie est l’une de vos plus grandes vertus ? Profitez-en, mais évitez soigneusement d’en abuser sur votre lieu de travail.

(Getty Images)La modestie est bien souvent considérée comme une qualité et les médias n’ont jamais cessé de transmettre cette idée. De Woody Allen à Friends, les personnages capables de pointer leurs propres défauts du doigt et d’en rire ont toujours suscité la sympathie. Il est donc naturel de se moquer parfois de nos propres défauts. Cela offre un avantage certain : on n’est jamais mieux servi que par soi-même et cela permet de couper l’herbe sous le pied à d’éventuelles critiques.

On pourrait croire que cette qualité constitue une arme redoutable dans le monde du travail, généralement propice à la flatterie, mais il n’en est rien. Pire, votre modestie pourrait rapidement se retourner contre vous si vous en faite une habitude.

Les recruteurs ont des certitudes


Au bureau, les effets néfastes d’une modestie trop affirmée sont évidents. Arriver à un entretien d’embauche en plaisantant sur les trous et les incohérences de votre CV ne fera rire que vous, à moins de tomber sur un recruteur particulièrement sensible au second degré. La modestie est comme l’humour, c’est un outil à manier avec précaution. Faire une blague qui n’est pas drôle est une erreur, mais vous vous enfoncerez encore davantage en essayant de rire de ce loupé. Dans un milieu aussi concurrentiel que celui du travail, la modestie ne vous assure pas un capital sympathie, elle donne avant tout des munitions à ceux qui guettent la moindre occasion de vous critiquer.

Acceptez les compliments


De la même manière, lorsque quelqu’un vous fait un compliment, acceptez-le au lieu de l’esquiver. La politesse a la préséance sur l’humour et un simple « merci » vaut mieux qu’une réplique piquée dans un one man show. N’oubliez pas que vous ne faites pas carrière dans l’humour et que ce qui fait la marque de fabrique d’un artiste de stand up pourrait bien finir par vous coûter votre place. En faisant la liste de vos défauts à qui veut bien l’entendre et en minimisant systématiquement vos qualités, vous finirez par obtenir l’effet suivant : les gens finiront par croire qu’effectivement vous n’êtes peut-être pas si drôle, si efficace et si intelligente.

Confiance en soi


Il ne s’agit donc pas de tomber dans l’excès inverse et d’écraser les autres à la moindre occasion, mais de réaliser qu’une modestie excessive cache le plus souvent un manque réel de confiance en soi. Utilisée abusivement, la modestie devient une faille dans laquelle ne manqueront pas de s’engouffrer vos critiques les plus virulents. A force de modestie vous pourriez finir par croire – et faire croire à – ce que vous racontez. Comme Sir Arthur Conan Doyle le faisait dire à Sherlock Holmes : « la modestie, comme la prétention est une forme de malhonnêteté ».