Cette loi qui protège désormais les mannequins en Israël

Cette loi qui protège désormais les mannequins en Israël

Controversée mais nécessaire ? Une loi en Israël interdit désormais aux mannequins trop maigres l’accès aux podiums et aux magazines de mode…

Entrée en vigueur pour le début de l’année 2013, cette loi fait l’effet d’un séisme sur la planète mode puisqu’elle relance la question de la réglementation du poids des modèles et de la pression qui règne autour des dictats de la mode. Elle oblige désormais les mannequins à prouver qu’elles sont parvenues à maintenir un indice de masse corporelle (IMC) d’au moins 18,5 dans les trois mois qui précèdent la saison des défilés. Elle exige également que les publicitaires et annonceurs informent le grand public sur les retouches réalisées sur certaines photographies.

Dans le Times d’Israël, Rachel Adatto, co-signataire du projet de loi, se félicite de la mise en vigueur de telles résolutions. Pour elle, « Cette loi constitue une nouvelle étape dans la guerre contre les troubles alimentaires. Les mannequins trop maigres ne peuvent plus servir de modèles à de jeunes femmes innocentes qui tentent de copier l’illusion de la minceur ».

Si la démarche est salutaire, elle rencontre néanmoins de nombreux opposants. En cause, des lois similaires à Madrid ou à Milan, basées sur la même valeur d’IMC et qui n’ont pas fait toutes leurs preuves. « Mieux vaut se concentrer sur la santé plutôt que sur le poids ! On peut avoir un IMC bas et être en bonne santé ! » rétorque Marjorie Vergne, médecin généraliste, « Il faut nuancer les choses ». « Il faut faire plus que condamner ces filles à rendre des comptes sur leur poids, le traitement des troubles de l’alimentation est long et nécessite un véritable accompagnement. Il vaudrait mieux, plutôt que de s’attaquer aux mannequins, s’efforcer de sensibiliser l’industrie de la mode, créer de nouvelles lignes directrices pour les modèles et favoriser un environnement de travail sain. Ce qu’il faut, c’est une approche de responsabilisation de l’industrie mode toute entière ! » conclut-elle.

En 2011, la Chambre basse du parlement français a voté en faveur d’une loi qui interdit « l’incitation publique à la maigreur extrême ». En 2011 également, c’est le Royaume-Uni qui est monté au créneau en interdisant une publicité où les côtes d’un mannequin étaient jugées trop visibles. Des actions nécessaires, à l’heure où de nombreux photographes commencent également à dénoncer le nombre de jeunes filles dont l’état de santé inquiète et dérange…