Ce que rabâchent toutes les mamans... selon les enfants!

(Getty Images)Vous êtes-vous déjà surprise à ressasser une menace qui aurait dû disparaître du vocabulaire des parents il y a déjà plusieurs générations? Lisa Belkin, qui signe des articles pour le Huffington Post, a récemment noté la prolifération du mot clé #ThingsEveryMomSays sur Twitter. Florilège de tweets :

«Ne me parle pas sur ce ton. On n'est pas sur la cour de récréation.»
«Tant que tu vis sous mon toit, tu suis mes règles.»
«Pourquoi? Parce que c'est comme ça.»
«Tu me fatigues.»
«Si tu t'ennuies, range ta chambre.»

On constate malheureusement que les enfants du monde entier rapportent principalement les paroles de parents exaspérés et déconnectés. Lisa Belkin souligne que si les parents ne se reconnaissent pas dans ces clichés d'adulte à bout de nerfs, leurs enfants ne sont pas de cet avis.

«J'assiste régulièrement à des échanges publics très durs entre parents et enfants. Je me demande s'ils imaginaient proférer ce genre de paroles lorsqu'ils ont décidé d'avoir des enfants, écrit Lisa Belkin. Je me demande également s'ils sont conscients de l'impression qu'ils donnent autour d'eux.»

D'un autre côté, les parents sont parfois usés par les caprices incessants de leurs enfants et se réfugient dans ces petites phrases en dernier recours. Je me souviens que ma mère me lançait parfois un «Si tu n'as rien de gentil à dire, tais-toi!». Intérieurement, j'avais envie de rire car étant très anti-conformiste, elle ne surveillait pas franchement son langage. À vrai dire, c'était l'adulte la plus grossière que j'ai jamais connue. Dans le même temps, cette petite phrase parvenait toujours à court-circuiter mes accès d'impertinence. Je comprenais parfaitement qu'elle sonnait comme un avertissement et qu'il était grand temps de rentrer dans le rang.

Dans les faits, il n'existe pas trente-six moyens créatifs et affectueux d'obliger un enfant à ranger une chambre qui ressemble à véritable champ de bataille.

Récemment, Buzzfeed a réuni une série de tweets d'adolescents et de jeunes adultes sur le thème « Ce que je déteste chez ma mère ». Voici quelques-unes des récriminations :

«Je déteste quand ma mère me demande si je veux de la pizza. Elle sait très bien que j'ai horreur de ça.»
«Je déteste quand ma mère lave ma couverture sans me prévenir.»
«Je déteste quand ma mère me refuse quelque chose.»
«Je n'aime pas boire d'eau. Merci maman de me servir de l'eau.»

Il est désormais culturellement admis que les enfants éprouveront de l'aversion pour leurs parents. Il est vrai qu'il existe des parents égocentriques, irresponsables ou qui s'emportent facilement.

Malheureusement, les autres parents et les médias renforcent régulièrement ce stéréotype. Les jeunes ont donc du mal à prendre la mesure des sacrifices que font leurs parents et du soin qu'ils apportent à leur éducation. Pour eux, les parents sont d'incurables ringards. Ils ne comprennent rien et parlent à tort et à travers.

Lorsque l'on examine les phrases que prononcent toutes les mamans, d'autres viennent naturellement à l'esprit comme «Ça ne va pas? On va faire un câlin» et «Tu as faim?». Celle qui devrait figurer en haut de la liste? «Je t'aime», bien sûr.

Aux lectrices : quelles ressources vous ont aidées à améliorer la communication avec vos enfants? Faites-nous part de vos commentaires.

En vedette