Cancer du poumon : détecter le radon dans les maisons pour diminuer les risques

QUÉBEC – Selon Santé Canada, l’exposition à long terme au radon serait la deuxième cause de cancer du poumon, après le tabagisme, c’est pourquoi il est très important de mesurer la concentration de radon dans sa résidence.

Près de 16 % des décès par cancer du poumon sont associés à l’exposition au radon. Pour développer un cancer du poumon, il faut être exposé à des concentrations élevées de radon durant de nombreuses années. Le tabagisme augmente toutefois considérablement l'effet du radon sur les poumons.

«Il est maintenant temps de prévoir l'installation d'un détecteur de radon, car c'est au cours des prochains mois, lorsque les fenêtres sont fermées et que le sol est gelé, que le radon risque davantage de s'infiltrer dans les maisons», a expliqué le directeur régional de santé publique, le Dr François Desbiens.

Le radon est un gaz radioactif présent naturellement dans le sol qui peut s'infiltrer dans les résidences par les fissures et les ouvertures au niveau des fondations. Il a tendance à s'accumuler dans les pièces les plus basses de l'habitation. C’est un gaz inodore et incolore que l’on peut mesurer à l’aide d’un dosimètre.