Maman 24/7

Rentrée scolaire : 13 experts, 13 conseils

(Getty /images)Au Québec, plus de 550 000 enfants prendront le chemin de la maternelle ou de l’école primaire dans les jours qui viennent. C’est donc plus d’un million de parents qui vivent avec eux le bonheur, la fébrilité et… le stress de la rentrée scolaire.

Comment vivre cette période sereinement ? J’aurais pu y aller de conseils ou vous livrer mes états d’âme (de mère légèrement angoissé par la rentrée de Fiston à la maternelle), mais je laisse plutôt la parole à ceux qui savent de quoi ils parlent. Voici les conseils de treize experts, venant de domaines variés. Ce qu’ils ont en commun ? Ils travaillent tous, de près ou de loin, avec les enfants. Et le retour en classe, ils connaissent.

Bonne lecture… et bonne rentrée (n’oubliez pas d’expirer).

Solène Bourque, psychoéducatrice et auteure : « Le plus important est d’être à l’écoute de son enfant. Ne banalisez pas ses questionnements en lui disant que tout va bien aller. Chaque début d'année est un défi en soi et nous devons êtres attentifs aux préoccupations de notre enfant. Lui permettre d'en parler, l'aider à mettre des mots sur ses émotions, ça fera assurément baisser la tension d'un cran. »

Catherine Cloutier, psychologue : « Préparez tout à l’avance car le manque de temps est souvent la cause du stress dans ce contexte. Si le parent a peu d’argent, utilisez le plus possible le matériel de l’an passé (dictionnaire, cartables, crayons de couleur, certains vêtements, etc). C’est inutile de dépenser à nouveau pour des choses que l’on a déjà. »

Jaime Damak, blogueuse et fondatrice du site Je suis une maman : « Mon conseil ? Lâchez prise! Même si je suis pleine de bonnes intentions et que j’essaie de m’y prendre à l’avance pour être prête pour la rentrée, ça n’arrive pas toujours comme je l’aurais souhaité. La vie est remplie d’imprévus. Cette année, j’ai décidé de lâcher prise. Ce changement d’attitude allège mon stress. De plus, j’ai réussi à tout faire et les enfants sont (presque) prêts. »

Richard Bélanger, pédiatre au Centre hospitalier universitaire de Québec
: « Profitez de soupers en famille pour faire le bilan de la journée de tous et chacun. Échangez, conseillez… Ces moments favorisent la santé émotionnelle des enfants. Il s’agit d’une belle opportunité pour mettre en perspective le vécu de la journée. »

Geneviève Nadeau, nutritionniste : « Plusieurs parents et enfants se lèvent stressés. Ils ne prennent pas le temps de bien déjeuner. Pourtant, un déjeuner nourrissant, coloré et savoureux n'exige pas de cuisiner des heures durant. S'il le faut, on se lève 15 minutes plus tôt. Déjeuner est un bon moment pour montrer à nos enfants que bien manger, en famille, c'est bon, ça relaxe et ça tisse des liens serrés. »

Manon Lavoie, coach certifiée en créativité KMCC : « J’applique aux enfants ce que je propose à mes clients : d’abord, la prise de conscience; ensuite, les petits pas; finalement, la question ‘comment puis-je rendre cette transition plaisante ?’. Concrètement, j'invite mes enfants à mettre en mots ou en dessins leurs émotions (prise de conscience). Nous faisons ensemble l’achat de matériel scolaire, de vêtements, l’étiquetage, etc (les petits pas). Et nous partageons à table ce que nous préférons à propos de l'école (les parents pigent dans leurs souvenirs de jeunesse). C'est un processus qui met l'emphase sur le positif. »

Nathalie Lanoiselée, mère de six enfants
: « Disons le tout de suite : LE truc n’existe pas. C’est un heureux mélange de patience, d’organisation, de planification et de dialogue. L’argent est souvent le plus grand stress des parents. Ici, on récupère TOUT ce qu’il y a de bon des années précédentes : cartables, vêtements, crayons, effaces, sacs, etc. Pour les uniformes,  je vais dans les friperies et le comptoir d’entraide. Quand je reçois les listes scolaires, je fais une seule super liste. J’essaie de rester calme et de prendre ça un jour à la fois. »

Annie Fréchette, éducatrice en petite enfance
: « Je crois qu’il vaut mieux se préparer à l’avance à la rentrée, tant au niveau psychologique qu'environnemental. Par exemples, adoptez le nouvel horaire à l’avance, discutez avec votre enfant, faites le trajet vers l’école avec lui, etc. Cela lui donne des repères et l’aidera à avoir confiance. »

Anik Routhier, rédactrice spécialisée famille, professeur et blogueuse : « Depuis que je me lève 30 minutes avant les enfants plutôt que de ‘snoozer’ jusqu’à la dernière minute, les matins sont beaucoup plus relaxes. Et une matinée qui démarre en douceur, ça fait toute la différence pour le reste de la journée. En ces semaines de retour à la routine, ça vaut le coup de prendre son café AVANT que les enfants ne soient levés ! »

Jean-François Quessy, coordonnateur au regroupement Domaine-du-Roy 0-5 ans et blogueur : « Ayez confiance en votre enfant et soyez rassurants! Si vous êtes anxieux au moment de la rentrée, votre enfant le ressentira et cela risque d’alimenter ses propres craintes. Bien qu’il soit normal de ressentir un certain stress, il ne faut pas sous-estimer la capacité d’adaptation de nos jeunes qui peut parfois être phénoménale. »

Hélène Boissonneault, intervenante en petite enfance
: « Préparez toutes les choses nécessaires au retour en classe quelques soirs avant la rentrée : vous pourrez vous assurer que vous avez tout ce qu’il faut et vous aurez du temps pour corriger le tir s’il manque quelque chose. »

Andrée-Anne Gratton, auteure jeunesse : « Mon fils a maintenant 18 ans mais je me souviens de la fébrilité de la rentrée. Je voyais ça positivement, et non comme une source de stress. Ma recommandation ? Profitez de ces beaux moments car… ils passent vite ! Prenez un bon livre et lisez avec votre enfant avant le dodo. Si l'enfant est stressé, ça va l'aider. Choisissez un livre qui le fera rire : relaxation assurée ! »

Benoît Saint-Hilaire, enseignant de 3e année du primaire à l’école Ste-Agnès, Rimouski : « Plus le lien de confiance est grand entre la famille et l'école, meilleures sont les chances de réussite de l'enfant. Aussi, je crois que les parents doivent être transparents et authentiques. Leur rôle est primordial. Les parents et les enseignants doivent travailler ensemble. Donc, la communication doit être franche et respectueuse. »