Maman 24/7

Protégeons nos enfants

La justice a tranché. (Getty Images)Guy Turcotte a tué ses deux enfants de 3 et 5 ans. Quarante coups de couteau. C’était le 20 février 2009. En juillet 2011, il a été reconnu non criminellement responsable du crime pour cause de troubles mentaux. Il a été envoyé à l’Institut Pinel. Cela fait onze mois. Pour les trois prochains mois, il demeure incarcéré mais pourra sortir avec un employé de l’Institut ou un membre de sa famille. Pour les deux mois suivants, il pourra quitter seul, jusqu’à huit heures par jour. Et dans six mois, Guy Turcotte sera un homme libre, seize heures par jour.

Je le croiserai peut-être au supermarché. Vous aussi. Et qui sait, dans quelques années, peut-être soignera-t-il un de mes proches à l’hôpital. L’homme a mentionné qu’il souhaitait pratiquer à nouveau son métier de cardiologue et qu’il aimerait avoir des enfants. Peut-être que je le côtoierai au parc du quartier.

Vous aussi.

Est-il réhabilité? Je l’ignore. Les cinq commissaires de la Commission d’examen des troubles mentaux sont les mieux placés pour le savoir. Ils ont décidé que non puisqu’il ne le libère pas sans condition… et oui en même temps, puisqu’il sera libre de ses gestes et décisions dès le mois de septembre.

• • •

Au volant de sa voiture, Brandon Pardi, 18 ans, a frappé de plein fouet une fillette de trois ans, qui jouait sur le terrain de la résidence de sa gardienne. Le jeune homme roulait à haute vitesse dans un secteur résidentiel et vérifiait son téléphone cellulaire en même temps. Coincée sous le véhicule, la petite est décédée peu de temps après l’accident. C’était le 31 octobre 2007. Le 9 décembre 2011, le chauffard a été reconnu coupable de conduite dangereuse ayant causé la mort. Cela fait six mois. Sa sentence est maintenant connue: il purgera sa sentence de deux ans moins un jour dans la communauté.

Je le croiserai peut-être au coin de la rue. Je traverserai, main dans la main, avec Fiston ou Petite Lionne. Je leur indiquerai une nouvelle fois le signal lumineux au feu de circulation montrant qu’il nous est permis de traverser. Je les disputerai encore s’ils courent loin devant moi ou s’ils osent mettre un seul pied dans la rue.

Brandon Pardi est-il réhabilité? Je l’ignore. Le juge est mieux placé que moi pour le savoir. C’est lui, saisi du dossier, mettant en parallèle les faits, les demandes de la Couronne et de la défense, qui a tranché. Il a décidé que l’accusé ne devait pas être incarcéré… mais qu’il pouvait être libre. Dans trois ans, il pourra reprendre le volant.

• • •

Deux cas. Deux affaires tout à fait différentes. Je ne compare pas les deux. Seules la peine et la douleur des parents en deuil, laissés derrière, impuissants, est comparable.

Je me questionne: que retenir de ces deux sentences? Quel message envoie-t-on à nos enfants, aux parents, à la société en général? Quelle importance accorde-t-on à la vie de nos petits?

Je suis inquiète. Qui va protéger nos enfants?