Maman 24/7

Le difficile équilibre famille-amis

Il est difficile de trouver un équilibre entre sa famille et ses amis. (Getty Images) Le téléphone sonne moins souvent. Les visites impromptues sont plus rares. Les invitations sont moins fréquentes. Quand mon couple est devenu famille, mon mode de vie a changé et avec lui, mon rapport aux amis, qu’ils soient célibataires, en couple, avec ou sans enfant. Avec nos deux petits, les premières années surtout, nous avons vécu en autarcie, presque coupés du monde.

Plus les enfants étaient jeunes, plus nous avons vécu au rythme de leurs horaires. Nous nous levons tôt, nous nous couchons tôt… et souvent, nous mangeons à des heures qui leur conviennent. Normal que les amis fassent un peu moins partie de nos plans – et nous, des leurs.

Or, on le sait, une relation d’amitié qui n’est pas nourrie s’effrite. Je vous entends : « Les vrais amis restent ». Je crois que le solide lien devient un fil ténu. Il est toujours là, mais il n’est plus le même. La fréquence des rencontres y est pour quelque chose. Difficile de prendre des nouvelles de tel ou tel événement lorsqu’on ignorait tout de la situation au départ…

Le temps a passé et mes enfants ont grandi. Ils sont plus autonomes, plus indépendants. J’ai l’impression de sortir ma tête de l’eau, d’émerger d’une sorte de tornade. Avec l’énergie qui revient, je reprends le téléphone et je noircis l’agenda : un apéro, un souper, un brunch…

Et c’est là que la réalité frappe.

Pendant que je changeais des couches, la Terre a continué de tourner. Certains amis de qui je me sentais très proche, il y a cinq ans, soit avant la naissance de Fiston, sont maintenant… ailleurs. Un peu comme si j’avais vécu dans une bulle avec l’illusion, toute innocente et un peu égoïste, que les relations humaines étaient intactes malgré les années. Comme si elles étaient étanches.

Évidemment, certaines ont survécu. Mais d’autres restent en suspens : je lance un coup de fil (sans réponse), j’invite (sans confirmation), j’écris un courriel (sans retour)…  Si certains liens précieux s’altèrent ou s’effacent, d’autres se créent. De nouveaux amis s’asseyent autour de la table chez moi – et souvent, leurs enfants gambadent dans la cour avec les miens…

Ainsi va la vie. Mais je ne peux m’empêcher de me demander si j’ai mal géré mes amitiés à travers l’épopée de mes grossesses.