Maman 24/7

Fichez-nous la paix !

(Getty Images)Vivre le moment présent. N’est-ce pas la phrase qu’on nous chante à répétition ? C’est LA marotte du 21e siècle. On fait du yoga, de la méditation, du slow-parenting, du cocooning, des retraites à la campagne, des voyages écolos, bios, éconos, on apprend à respirer/expirer, tout ça, pour vivre. Vivre. Le. Moment. Présent.

Imaginez mon désarroi, que dis-je, mon angoisse, ma panique, ma crise d’anxiété, en voyant les habits d’hiver pour enfants étalés dans un grand magasin d’entrepôt que vous connaissez… Quoi ? Les
ensembles de neige ? Est-ce une blague ? Tous mes efforts des derniers mois ont foutu le camp.

Un peu plus loin, dans une rangée, je suis tombée nez à nez avec les costumes d’Halloween. Petite Lionne, assise dans le chariot, a réclamé à grands cris (et coups de pieds) un déguisement de Blanche Neige. J’ai cédé en soupirant : « Bah, ce sera fait… » me suis-je dit. Je me mets à fouiller frénétiquement l’étagère pour constater qu’il reste une – une seule – robe de princesse de grandeur 3 ans. Il semble qu’il y a des mamans zélées parmi nous…  Et j’en suis ! J’ai acheté !

En arrivant à la maison, Fiston était perplexe : un déguisement d’Halloween ? « C’est bientôt alors ? », m’a-t-il demandé, émoustillé. Mais non, même pas, mon chéri. Il ne comprenait plus rien. Moi non plus.
Je n’ose plonger dans les achats de la rentrée car je veux, du fond du cœur, profiter des derniers élans de l’été. La piscine du quartier. Les promenades à vélo. Les pique-niques au parc. Les popsicles faits maison. Les fraises et les framboises. Le rosé. Ne me parlez pas de rentrée scolaire : c’est seulement dans deux semaines. Laissez-moi mes illusions. Fichez-moi la paix.

Alors pourquoi diantre m’offrir d’acheter des bonbons d’Halloween, des lanternes en forme de citrouilles et pire encore, des tuques et des foulards ?

Je ne suis pas la seule à réagir à ce marketing éhonté : sur les réseaux sociaux, plusieurs mamans se sont dites écœurées par le principe. Sophie, maman de Philippe, 7 ans et de Patrick, 3 mois, tente de l’ignorer : « Chaque chose en son temps, m’a-t-elle écrit. Je me mets la tête dans le sable parce que je veux essayer de vivre au jour le jour et de profiter de chaque rayon de soleil de l’été qui est si court… » Véronique avoue qu’elle évite les pharmacies cette semaine, question de « retarder » la rentrée – ne lui parlez pas d’Halloween ! Jaime se demande si les compagnies devancent leur offre, d’année en année…

Je vous propose d’organiser une résistance : n’achetons pas nos trucs de la rentrée avant le 20 août, ceux de l’Halloween avant le 15 octobre… Bon, pour Noël, j’avoue, ça se corse : si on se disait pas avant le 1er décembre, pensez-vous y arriver ?