Maman 24/7

Crouler sous les bricolages des enfants et mourir – ou les jeter (et mourir de honte)

Petit cadre fabriqué par ma fille pour la Fête des Mères. Une belle idée.Il y a eu la période des cercles. Puis, du brun. Puis, ce fut l’ère des bonhommes têtards, des robots et j’en suis maintenant à celle des machines aux milles boutons. Les dessins de Fiston s’affinent au fil du temps. Ils deviennent à la fois plus concrets et plus créatifs. À travers ses coups de crayons (et de pinceaux), j’entrevois l’évolution de son imagination. Même chose chez Petite Lionne qui, à deux ans et demi, a signé autant – si non plus – d’œuvres d’arts que son frère aîné. Fascinant.

Fascinant, oui. Et… encombrant. Que faire de tous ces bricolages, cadeaux fabriqués, dessins, collages et coloriages ? La frimousse de Mario Bros gribouillée de bleu et de rouge n’a pas la même valeur que le dernier bricolage de Noël. Pas la même valeur dans mon cœur de mère du moins. Car une fois déposé incognito au bac à recyclage, ledit dessin est vite oublié… sauf pour Fiston. Ile me le réclame. Je reste vague. Il insiste. Je résiste. Débrouillard et résolu, il finit par le retrouver. Et il me gronde. Je reste là, la mine déconfite, confuse, multipliant les excuses. « On ne peut pas tout garder, mon chéri. » Je doute moi-même de la légitimité de mon énoncé. Pas fou (et orgueilleux), mon petit homme remet ses coloriages à son père, le lendemain…

Les enfants sont fiers de leurs créations. Je les encourage toujours dans leurs nouvelles habiletés et bien sûr, en bonne mère, j’affiche leurs dessins (voire barbots) sur le babillard de la salle à manger. Les plus beaux ont une deuxième vie dans une boîte prévue à cet effet au sous-sol; les autres meurent au fond du bac à recyclage (s’ils ne sont pas déterrés par mes enfants perspicaces). Mais avouons que ça se multiplie à un rythme effréné, ces cadeaux faits maison. C’est à se demander s’ils font autres choses de leur temps ! Les cadeaux de la fête des Mères seront détrônés sous peu par ceux de la fête des Pères… (Entendez-vous mon soupir ? Non, non, je voulais dire, ma joie !)

Alors, on fait quoi ? Soumis à la (puissante) culpabilité parentale, on garde tout ? Décidés à ne pas se laisser ensevelir, on jette au fur et à mesure ? Je connais des parents qui ne laissent même pas les bricolages passer le seuil de la maison : ils ouvrent le sac en quittant l’école/la garderie et hop ! dans la poubelle au passage. Ouch. Est-on vraiment de bons critiques de l’art fait par nos petits pour ainsi « choisir » ce qui passe et ce qui ne passe pas ?

Dans un très intéressant article du New York Times, David Burton, professeur en éducation de l’art à l’Université de Virginie, suggère d’impliquer les enfants dans le processus décisionnel : une ou deux fois par année, le parent et l’enfant examinent ensemble les récentes « œuvres » amassées, ils en discutent et décident ensuite de leur sort.

Voici d’autres idées de parents interrogés autour de moi – et quelques commentaires de gens qui ont replongé récemment dans les souvenirs conservés par leurs parents…

« Je note l'âge, l'année scolaire et la date. Je conserve les plus beaux... et j'encadre les œuvres d’art. Nous avons installé une corde au-dessus de la porte patio et nous accrochons les poèmes, les cartes faites à la main et les plus beaux dessins. » Julie Hébert, mère de Marianne, 12 ans et Gabrielle, 9 ans

 « L’un de mes garçons m'a fabriqué un collier pour la fête des Mères et je le porte dans la ‘vraie’ vie ! Je place les bricolages dans des cartables et ils sont entreposés pour le moment… Les plus belles œuvres sont affichées quelques semaines. » Christine Boisclair, mère de Louis, 6 ans, Christophe, 4 ans et Nicolas, 21 mois

« Je prends tout en photo, avec leurs frimousses fières en bonis. Ils mettent ensuite eux-mêmes leurs bricolages à la récupération. Mais j’en garde quelques-uns. Certains décorent les murs de mon bureau. » Catherine Goyer, mère de Michèle, 11 ans, Raphaël, 9 ans et Charles, 6 ans

« J’en garde pendant un moment puis, je fais du ménage. J’en conserve quelques-uns mais avec trois enfants… » Diane Hurdle, mère de Marina, 15 ans, Vincent, 10 ans et Maygan, 6 ans

« Mon fils est plus vieux maintenant mais je me souviens que j’exposais ce qu’il faisait… J’ai tout gardé, même ses œuvres les plus grandioses ! » Julie Frenette, mère de Nicolas, 13 ans

 « J’ai pris des photos des dessins et j’ai gardé les plus importants à leurs yeux. J’ai jeté les autres. J’ai encore tous les gros bricolages, je leur donnerai quand ils auront des enfants. » Andrea Knips, mère de Xavier, 17 ans et de Philip, 11 ans

« Mes coups de cœur, je les garde pour moi. Je conserve les plus beaux pour eux, pour qu’ils puissent les avoir plus tard. J’ai fait une ‘galerie d’art’ dans la salle de jeux et quand il faut jeter, je leur demande d’en choisir un ou deux que l’on va conserver. » Geneviève Sirois, mère de Éliott, 6 ans, Zachary, 4 ans, Samuelle 3 ans et Charlie, 17 mois

« Ma mère a gardé les plus beaux. Je les ai jetés hier. Je ne sais pas si j’aurai des regrets… Mais il faut dire que je suis professeur et que j’en vois beaucoup. » Paule Boivin, 24 ans

« Ma mère a récemment fait le ménage et a trouvé deux boîtes de dessins et de collages réalisés durant mon enfance. C'était intéressant de voir ça. Elle voulait s’en débarrasser et moi, je ne voyais pas l'intérêt de les garder plus longtemps. Je lui ai dit qu'elle pouvait les jeter. Je regrette un peu, maintenant… » Pascal Rinfret, 36 ans

« Je ne fouille pas dans la boîte tous les ans mais je suis contente d’avoir accès à tous ces souvenirs. Ça me rappelle bien des choses. C’est une bonne idée de ma mère et je ferai la même chose lorsque j’aurai des enfants. » Féeniscya Roy, 22 ans
Carte réalisée par Fiston à la pré-maternelle.

Un bouquet de fleurs de soie. Mignon. Mais difficile à conserver.