Buzz et trouvailles

Votre enfant dérange... ou est-ce ses parents?

En juin, Malaysia Airlines a banni les bébés de la plupart de leurs cabines première classe. Certains hôtels, cinémas et même supermarchés prennent au sérieux les plaintes contre les enfants.

Quand, plus tôt ce mois-ci, McDain's, un restaurant de Pittsburgh a banni les enfants de moins de 6 ans, il est devenu la figure de proue du mouvement "zone-sans-enfants".

Dans son blogue (en anglais), Piper Weiss se questionne: Quand les enfants sont-ils devenus l'équivalent de la fumée secondaire?

Mettons de côté quelques instants nos sensibilités respectives et essayons d'être objectifs pendant ces quelques cas de figure tirés de faits réels:

Soir de semaine, chez le boucher. Un papa et une maman rentrent avec leurs deux enfants qui ne tardent pas à monter sur les étals, à sauter partout, à hurler, à enfoncer leurs petits doigts dans les paquets de viande... devant leurs parents impassibles qui n'arrivent pas à se décider s'ils avaient le goût de brochettes ou de T-bones.
Puis-je suggérer un méchoui?

Jeudi soir, cinéma. Le dernier film de Woody Allen. La petite fille en arrière pose questions sur questions à sa mère en donnant des coups de pieds à intervalles réguliers dans votre siège.
Elle s'ennuie, la gamine. Maman essaie de lui expliquer l'histoire, sans se rendre compte que l'intrigue est peut-être un petit peu poussée pour son âge. "Elle est très mature, j'essaie de ne pas la traiter comme une enfant, de la traiter en égal" expliquera-t-elle quelques jours plus tard à ses amis "l'autre soir je suis allée voir le dernier Woody Allen, ça l'a passionnée."
Quelques jours plus tard, vous en parlerez à votre physio qui essayera de réparer votre dos roué de coups pendant toute une séance de cinéma.

Dimanche matin, brunch. Un enfant court partout dans les allées, dans les jambes de la serveuse, entre les tables, pendant que ses parents essaient de soutenir une conversation avec leurs amis, entre 354 timides "Philippe-Victor-Lucas maman va se fâcher, arrête de crier, sinon on ne viendra plus au restaurant." Philippe-Victor-Lucas s'en fout, Philippe-Victor-Lucas a choisi une victime à la table voisine et lui donne des coups de pieds et des coups de poings.
Ne m'accusez pas d'exagérer.

Donc, à la question "quand les enfants sont-ils devenus l'équivalent de la fumée secondaire?" j'ai envie de vous répondre "le jour où les parents ont arrêté d'élever leurs enfants et de leur apprendre les règles de base de la vie en société."

Ce qui est triste, c'est que, comme dans tout débat, c'est encore une infime partie d'un groupe qui donne mauvaise réputation au reste.

Car il y a aussi des petites merveilles (les vôtres). Des bébés qui vous regardent en souriant et vous font un signe de la main alors que vous étiez en train de penser "bon, encore un flo bruyant qui va me ruiner mon lunch". Des petits qui se font promener dans leur chariot par papa et maman, les yeux encore tout engourdis de dodo et qui pointent tous les chiens, les chats et les oiseaux qu'ils croisent.
Des enfants qui donnent le goût d'en avoir.

J'aimerais sincèrement remercier les parents de ces petits anges-là, pour faire, le temps d'un sourire, oublier tous les autres.