Buzz et trouvailles

Une étudiante de 24 ans ravagée par une bactérie mangeuse de chair

Aimee Copeland. (Photo : ABC News) C'est en pratiquant la tyrolienne d'arbre-en arbre lors d'un week-end de kayak en nature avec ses amis que la vie d'Aimee Copeland a changé à tout jamais. Alors qu'elle descendait le long d'une tyrolienne maison près de la rivière Little Tallapoosa, le premier mai dernier, le câble qui la soutenait s'est brisé, et Aimee est tombée dans l'eau où elle s'est ouvert le mollet gauche.

Elle fut traitée à l'hôpital et reçut 22 points de suture. Selon les autorités médicales, une bactérie se serait infiltrée profondément dans sa blessure et aurait causé une infection. Aimee souffre de fasciite nécrosante, résultat d'une infiltration de la bactérie Aeromonas hydrophilia, un organisme qui vit dans l'eau fraiche.

« La bactérie produit des enzymes qui vont dissoudre le muscle en profondeur, explique le Dr. William Schaffner, président de la National Foundation for Infectious Diseases. Puisqu'elle se déclenche au creux des tissus, l'infection insidieuse peut passer inaperçue au patient pour un certain temps. »

Puisque l'infection s'est propagée dans le corps de l'étudiante, elle est retournée à l’hôpital le lendemain de ses points de suture en se plaignant de douleur très vive et fut renvoyée chez elle avec une prescription d'anti-douleurs. Lors d'une deuxième visite, on lui prescrit des antibiotiques. Enfin, lors de sa troisième visite à l’hôpital le lendemain, le diagnostic de fasciite nécrosante fut confirmé et Aimee dut subir l'amputation complète de sa jambe gauche en plus d'une partie de son abdomen. La jeune fille aurait échappé à la mort de justesse, alors que moins de 40% des gens qui en sont atteints survivent.

Depuis son amputation, l'état de santé d'Aimee n'est pas constant, et l'on apprend aujourd'hui qu'elle devra également se faire amputer les doigts et peut-être même le pied droit Sa famille et ses proches espèrent qu'elle pourra récupérer complètement et maintenir un certain niveau de vie grâce à l'usage de certaines prothèses, pour autant qu'on réussisse à garder son cerveau en vie.

« Aimee semble avoir des fonctions cervicales normales pour l'instant, et je célèbre cela, dit son père Andy Copeland. Aimee a un cœur plein de compassion et un intellect incroyable. »

Selon les dires du Dr. Richard Besser, expert consultant chez ABC News, la bactérie qui s'attaque à Aimee cause très rarement la fasciite nécrosante. « C'est un ensemble de coïncidences très malheureuses, dit-il. Elle avait une plaie au mollet, elle a été exposée à de l'eau qui contenait ce germe, et elle était une de ces personnes sur qui ce germe s'est déchainé ».

La condition d'Aimee est instable depuis son amputation, si bien que mardi dernier, soit une semaine après son accident, sa température est montée en flèche et son cœur a cessé de battre.

« Les médecins ont été capables de la réanimer rapidement, raconte son père à WSBTV. Je ne veux pas que les gens perdent espoir, parce que nous avons eu droit à un miracle vendredi soir quand Aimee a survécu... Je crois qu'il faut rester positif en ce moment pour lui faire honneur. »


Des étudiants et du personnel de l'University of West Georgia, où Aimee terminait une maitrise en psychologie, se sont réunis pour une vigile en son honneur jeudi soir dernier.