Buzz et trouvailles

Survivre à une rupture : vos secrets


(Getty Images)Dans la vie, s’il est une situation éprouvante, c’est bien une rupture amoureuse. En plus de tous les sentiments d’échec, de solitude et de colère qui nous assaillent, on doit réapprendre à vivre seul et à vivre tout court. Yahoo! Être a demandé à ses lecteurs de partager leurs expériences de rupture et de nous dire comment ils s’en sont remis. Presque tous les témoignages nous parlaient des mêmes bouées qui aident à se remettre d’une peine d’amour; les amis, les activités, et le temps qui passe.

 « J’étais vraiment déprimé… C’est elle qui m’a laissé et je ne m’y attendais vraiment pas. J’avais l’impression d’avoir tout perdu… Ce qui m’a sauvé, c’est de redécouvrir les joies de passer du temps avec mes amis. J’en ai revu plusieurs que j’avais perdus de vue, et ça m’a permis de réaliser que beaucoup de gens tenaient à moi malgré le temps passé sans me voir. J’ai en quelque sorte réappris à me connaitre, recommencé à accorder du temps aux choses qui me rendent heureux. À trop longtemps vivre à deux, on s’oublie facilement… Je me suis tranquillement remis de ma rupture et renouant avec le reste de ma vie. » - François, 34 ans.


 « J’ai surmonté ma blessure en m’occupant! Tous les jours, du matin au soir, je me suis gardée occupée, et ce pendant presque deux mois. J’ai commencé à jogger avec une amie, j’allais diner avec ma sœur, je soupais avec mon père, j’allais voir un film avec des copains. Je suis restée seule le moins possible, parce que mon appartement vide me donnait trop le cafard. J’ai redécoré, repeint, changé les meubles de place. Je me suis inscrite à toutes sortes de cours pour meubler mes temps libres. Je m’endormais chaque soir comme un bébé, épuisée, et je ne m’accordais aucun temps mort  pour penser à lui. À court terme, c’est ce qui m’a sauvé la vie. » - Mylène, 43 ans.


« C’est ma famille qui m’a aidé le plus. Ils m’ont changé les idées, se sont occupés de moi, et ils prenaient constamment de mes nouvelles. Sentir que des gens qui m’aiment étaient concernés par mon bonheur m’a aidé à me débarrasser du sentiment d’être indésirable. Je leur dois beaucoup. » - Karl, 22 ans.


« Quand ma femme est partie, je me suis senti tellement petit! Je ne savais plus rien faire, il semblait, et je devais réapprendre à tout faire par moi-même… J’ai même voulu mourir par moments. J’ai eu quelques mois vraiment très difficiles, mais j’ai toujours gardé confiance que le temps m’aiderait à redevenir heureux, et j’avais raison.  Chaque jour, je me promettais de survivre jusqu’au suivant. Chaque jour, je choisissais la vie, et mine de rien, sans que je m’en rende vraiment compte, je pensais de moins en moins à elle et j’étais de plus en plus serein. Même si c’est dur, le temps nous guérit toujours. Il fait son travail et il faut juste être patient.» - Louis, 36 ans.


« Ma dernière rupture a été l’une des moins dures de ma vie! Ça peut sembler idiot, mais mon secret a été de sourire le plus possible! J’ai regardé mes comédies préférées des dizaines de fois, je me suis même forcée à rire par moments. Je riais à voix haute, souriais toute la journée, passais du temps avec mes amis les plus drôles. On dirait qu’à force de sourire, même si je m’obligeais au début en me sentant presque hypocrite, j‘ai retrouvé ma bonne humeur vraiment rapidement. Je vais réutiliser ce truc, c’est certain! Je suis plus heureuse aujourd’hui à cause de ça! » -Stella, 39 ans.


« J’ai surtout recommencé à me faire belle. Me sentir désirable et voir le regard des autres sur moi m’a poussée à recommencer à me faire confiance. J’ai même eu quelques rendez-vous galants même si je n’étais pas vraiment prête, et je suis bien contente d’y être allée quand même. Ça change les idées et ça fait du bien à l’égo! » - Gaëlle, 30 ans.

Comme nous l’apprennent nos lecteurs, la rupture est une épreuve qui peut sembler insurmontable si on se laisse trop aller dans la mélancolie. Avec l’aide de ceux qui nous aime et beaucoup de courage et de patience, ils sont la preuve vivante que la vie continue.