Buzz et trouvailles

Leurs cinq enfants nécessitent un nouveau cœur

La famille Bingham (Facebook)Si un enfant malade est le pire cauchemar d'un parent, les Bingham le vivront cinq fois plutôt qu'une. En effet, tous les enfants du couple, qui demeure en Oregon, souffrent d'une maladie cardiaque génétique qui mettra leur vie en danger à moins qu'ils n'aient une transplantation de cœur.

Ils ont découvert leur terrible malchance quand leur fille aînée Sierra, alors âgée de six ans, a été diagnostiquée avec une cardiomyopathie dilatée, une anomalie génétique qui empêchait son cœur de pomper normalement. La petite Sierra dût recevoir une transplantation de cœur, et elle se porte bien, aujourd'hui âgée de douze ans.

Les Bingham racontent s'être effondrés de douleur quand leur seconde fille Lindsay, âgée de huit ans, a commencé à avoir des problèmes de santé qui se sont finalement révélés être les mêmes que sa grande sœur. « Nous n'avons jamais pensé qu'il pourrait s'agir de la même condition, explique Mr. Bingham. Même les docteurs n'y avaient pas pensé. Maintenant, nous savons que c'est génétique. Nous savons qu'il s'agit de toute notre famille. Nous savons que nous allons revivre ce cauchemar sans cesse. »

Lindsay est aujourd'hui en attente d'un donneur d'organe pour son cœur, et est maintenue en vie par un cœur artificiel. Mais ses parents savent mieux que quiconque que même si elle reçoit un cœur à temps, il y a de fortes chances que son corps le rejette. La famille croise donc les doigts pour que l'histoire de Lindsay se termine aussi bien que celle de sa grande sœur.

Les trois autres enfants des Bingham, Megan 10 ans, Hunter 5 ans et Gage 3 ans, pourraient eux aussi nécessiter des transplantations d'ici peu de temps. Le petit Gage a déjà des problèmes cardiaques, et on a du lui installer un pacemaker le premier juillet dernier.

La famille reste forte et unie malgré son destin tragique, et tente de se rassurer en sachant que le taux de réussite et de survie des transplantés du cœur est plus élevé que jamais, alors que la moitié des enfants sont encore en vie 15 ans après la transplantation. Mr. Bingham avoue rêver du jour où tous ses enfants seront hors de l’hôpital et hors de danger et où ils pourront enfin avoir un vie de famille normale.