Buzz et trouvailles

Les pires demandes en mariage: vos histoires


(Getty Images)
En ayant l’idée pour cet article, nous ne nous doutions absolument pas que vous aviez vécu de telles histoires de demande en mariage pour le moins… imparfaites. C’est bien là que l’on voit que le chemin vers le bonheur n’est pas sans embûches, puisque la majorité de ceux qui nous nous ont raconté leur histoire se marièrent et eurent beaucoup d’enfants dans la joie et l’allégresse. Mais vous verrez que ça n’a pas toujours été de tout repos!

« J’avais 24 ans, et j’avais ce copain depuis un an et demi environ. Nous ne vivions pas ensemble, ce n’était pas très sérieux.  Un jour, il est arrivé chez moi blanc comme un drap, avec un petit sac de plastique à la main. Je jouais à Tetris sur mon ordi et alors que je finissais ma partie, il s’est assis en indien sur le sol et m’a demandé, au bord de l’évanouissement : « Euh, faque veux-tu te marier avec moi? » J’ai craché mon café : « Pardon?! » Il m’a finalement raconté que mon père, un italien pour le moins rétro, était arrivé chez lui en pyjama à cinq heures du matin et l’avait engueulé en le sommant de me demander ma main sans quoi il m’interdirait de le voir. « Je ne suis pas vraiment prêt, mais l’idée de ne plus te voir me brise le cœur. » Attendrie, j’ai dit non et ai eu une bonne discussion avec mon papa, et nous nous sommes mariés 3 ans plus tard. » - Alexia, 31 ans.

« Après 6 ans de fréquentation, j’attendais avec impatience que mon chum me fasse la grande demande. Pas que je voulais me marier à tout prix. Ce que je voulais, c’était une bague qui officialiserait notre union. En or, en argent, en toc, peu importe. Le jour de ma fête, Chéri me remet une carte dans laquelle il me demande de l’épouser! Les yeux baignant dans une mer de larmes, je lui dis « oui » sans hésiter. Il m’a fait un calin, on s’est embrassés et… c’est tout. Pas de bague. Le lendemain, au bureau, j’ai eu l’air d’une menteuse quand j’ai raconté aux collègues que j’étais fiancée. «Ben là, elle est ou ta bague!» «T’es sûre que t’as pas inventé ça?». Malaise. » - Annick, 33 ans.

« Ma blonde et moi étions en voyage en Corse pour notre cinquième anniversaire. Tout était parfait pour la demander en mariage, j’y pensais depuis longtemps, et j’avais bien préparé mon coup. J’avais prévu lui faire la grande demande pendant une randonnée sur une falaise qui surplombait la mer.  Le matin du jour J, nous avons déjeuné puis sommes partis marcher. J’avais l’estomac à l’envers, j’ai blâmé la nervosité… erreur. Arrivé sur la falaise, j’étais étourdi et en sueur, mais je l’ai regardée et elle était parfaite. Je me suis mis à genoux, ai sorti une bague de mon sac et… lui ai vomi sur les pieds. Elle s’est mise à crier et à courir, puis a elle-même commencé à vomir dans un bosquet. Nous avons tous deux été malades pour trois jours et je l’ai finalement demandée en mariage à l’aéroport quelques jours plus tard. Heureusement pour moi, elle a dit oui. » - Philippe, 50 ans.

« Quand j’avais seize ans, je suis accidentellement tombée enceinte d’un garçon avec qui je n’avais fait l’amour qu’une seule fois. Je n’avais aucune intention de garder le bébé ni de lui dire que j’étais enceinte. Je ne sais pas exactement comment il l’a su, je n’en avais parlé qu’à ma meilleure amie (qui ne l’est plus, vous comprendrez pourquoi ), mais il est arrivé chez moi avec sa mère qui me regardait d’un air dégouté et a dit : « Ma mère dit qu’on va se marier et vivre avec elle pour élever le bébé. » J’ai failli mourir d’embarras. Mes parents ne savaient même pas que j’étais sexuellement active. Ça a été l’une des pires journées de ma vie. Évidemment, nous ne nous sommes pas mariés… et n’avons pas eu cet enfant. » - Carolyne, 20 ans.

« Le jour où j’ai finalement demandé ma copine en mariage après deux ans de relation, elle s’est mise à pleurer à chaudes larmes. Je pensais qu’elle était heureuse, jusqu’à ce qu’elle me dise, à travers ses larmes : « Je te trompe avec ton frère! » Deux mois plus tard, elle se fiançait avec lui. Nous sommes tous en bon terme aujourd’hui, mais disons que ça a pris du temps. » - Michel, 47 ans.