Buzz et trouvailles

Le Père Noël existe

(AP/Rich Schultz)Il peut parfois être difficile de ne pas perdre foi en le genre humain. Entre l’hypocrisie, la violence, le mensonge et l’avarice, on en oublie souvent que certaines personnes désirent sincèrement faire le bien, sans rien retirer quoi que ce soit d’autre que la fierté d‘avoir aidé leur prochain. Un bon exemple de ceci est la Society of Secret Santas, qui sillonne les États-Unis chaque année à l’approche des Fêtes pour remettre des billets de 100$ à des gens dans le besoin.

L’initiative est celle d’un certain Larry Dean Stewart, philanthrope américain, qui aurait fait don anonymement d’environ 1,5 million de dollars au cours de sa vie. Fait étonnant, il l’a fait dans le plus grand secret, ne cherchant absolument aucune reconnaissance, et son identité ne fut révélée qu’à son décès en 2007, après plus de vingt ans à jouer le Père-Noël à travers le pays.

Depuis sa mort, c’est l’un de ses amis, surnommé Elf 32A, qui continue la tradition de Stewart et tend quotidiennement des billets de 100$ aux plus démunis. La Society of Secret Santas compterait des douzaines de membres, tous désireux de donner sans rien attendre en retour et dans l’anonymat le plus complet. Ils feraient don de 10 000$ à 50 000$ chaque année.


Entrainés par le Secret Santa en chef, les membres du groupe apprennent à se déplacer discrètement à travers les foules en évitant d’être photographiés ainsi qu’à lire les expressions faciales des gens pour y déceler de la tristesse ou du stress. C’est ainsi qu’ils se déplacent dans les centres d’achats, les soupes populaires ou les lieux où se sont déroulés des tragédies ou des catastrophes naturelles pour faire discrètement don de billets de 100$ à ceux qu’ils sentent dans le besoin.

La semaine dernière, Elf 32A s’est rendu à Topeka au Kansas où il a remis de l’argent aux familles de deux policiers ayant été tués récemment. D’autres ont visité les communautés les plus touchées par l’ouragan Sandy ou encore fait des dons à des itinérants.

Elf 32A a accepté de s’adresser aux médias à condition qu’on ne filme ni ne photographie son visage. On ne sait de lui qu’il est un homme d’affaires très discret de Kansas City. « L’argent n’est pas du tout le plus important, a-t-il expliqué à Associated Press lors d’un arrêt à Staten Island. Il s’agit de poser un geste de gentillesse. J’essaie de montrer l’exemple, et si 10% des gens qui me voient décident de faire comme moi, tout le monde peut devenir un Secret Santa. » En effet, le groupe désigne tout simplement quiconque désire aider les gens dans le besoin et le fait à la manière de Larry Stewart.

Les billets de 100$ sont étampés « Larry Stewart, Secret Santa » en l’honneur du fondateur, et sont remis avec une note demandant à celui qui le reçoit de poser lui aussi un geste pour aider quelqu’un d’autre. On trouve également sur la note un numéro de téléphone pour ceux qui voudraient partager leur gratitude et leur raconter quel fut leur propre geste de charité.

Pat O’Neill, porte-parole du groupe, a raconté à ABC News que les histoires sont toujours émouvantes. « C’est merveilleux de voir comment de petits gestes comme ceux-ci surprennent les gens. (…)Ceux qui nous téléphonent posent des gestes d’entraide d’un million de façons. Nous essayons simplement de rappeler aux gens qu’il faut rester humain et que tous les actes de générosité sont appréciés. »

« Ce sont toujours ceux qui ont le moins qui donnent le plus, ajoute-t-il au sujet des histoires que leurs partagent ceux qui ont reçu des dons. Ce qu’on donne nous revient, nous disent-ils. Ça fait du bien. »

Comme quoi bien qu’il ne vole pas en traineau magique, le Père Noël existe vraiment, en chacun de nous.

Comment aiderez-vous votre prochain cette année?