Buzz et trouvailles

La dégoûtante vérité sur les piscines publiques

Une personne sur cinq utilise la piscine comme une toilette. (Getty Images)Depuis que je suis toute petite, j’ai une aversion absolument totale pour les piscines publiques. À la suite d’une assez traumatisante attaque d’étron flottant contre mon oreille quand j’avais huit ans, je n’ai jamais pu y remettre les pieds sans être profondément dégoûtée.

Au risque de vous couper l’appétit, je vois les piscines publiques comme une sorte de soupe géante de sueur, sécrétions, poils, bave, mucus et pipi d’inconnus. Le bleu cristallin de l’eau sur-chlorée ne réussit pas à me faire oublier que des milliers d’humains plus ou moins propres y marinent chaque jour, apportant avec eux diverses substances dans lesquelles je ne veux en aucun cas me rafraîchir!

S’il fait vraiment trop chaud, je trace la ligne à me baigner dans une piscine privée, ayant au moins l’impression de faire une sélection rigoureuse des urines dans lesquelles je nagerai.

On s’est moqué de moi durant de nombreuses années, alors que mes discours germophobes n’empêchaient personne de se vautrer à demi-nu dans les piscines de quartier, de s’ouvrir les yeux sous l’eau ou même, horreur, d’y ouvrir la bouche. Je suis donc heureuse des résultats de ce nouveau sondage, publié par le Water Quality & Health Council (WQHC), un organisme scientifique américain, qui nous confirme qu’une personne sur cinq utilise la piscine comme une toilette.

En effet, ce sondage, effectué en avril auprès de 1000 répondants, révèle qu’une personne sur cinq admet uriner dans les piscines, un comportement dangereux selon le Dr. Chris Wiant. «Même si c’est très facile d’uriner ni vu ni connu dans une piscine publique, dit-il dans une entrevue accordée à Yahoo! Shine, les nageurs devraient vraiment s’abstenir.»

Selon lui, les baigneurs ont ce mauvais réflexe parce qu’on leur a appris que le chlore tuait les bactéries au contact. Ce qui est vrai, pour peu que la piscine soit très bien entretenue, ce qui n’est pas toujours le cas. Selon le WQHC, 54% des piscines testées l’an dernier n’atteignaient pas les standards de qualité en termes de niveaux de chlore et de pH. «Tous les corps étrangers qui entrent dans l’eau consomment du désinfectant et rendent la piscine moins capable de détruire la prochaine bactérie, ajoute le Dr. Wiant. Donc, pendant que le chlore est affairé à nettoyer l’accident de quelqu’un, il est affaibli et combattra moins bien les germes suivants.»

Il nous met également en garde contre les microbes que nous transportons sur notre corps, puisque 7 baigneurs sur 10 avouent ne pas prendre de douche avant de sauter dans la piscine. «S'il n’y a plus assez de désinfectant (comme c’est le cas plus de la moitié du temps), les bactéries prolifèrent dans la piscine et quelqu’un qui avale accidentellement une gorgée d’eau peut se retrouver infecté par la bactérie E.Coli ou même la salmonelle.»

Une plus grande concentration de bactéries se retrouvent dans les piscines des parcs aquatiques, considérant la grande quantité de baigneurs, souvent de jeunes enfants. Des parasites pouvant causer la mort, des organismes responsables de gastro-entérites et autres trucs dégoûtants seraient donc souvent responsables de maladies suite à une baignade.

Pour contribuer à la propreté des piscines publiques et se protéger à la fois, le Dr. Wiant recommande quelques mesures de sécurité:

1. Bien entendu, abstenez-vous d’utiliser la piscine comme une toilette, et inculquez à vos enfants qu’il est inacceptable de faire pipi dans l’eau.

2. Prenez toujours une douche avant la baignade

3. Faites vos propres tests avant de plonger. «Vérifiez si vous voyez bien le fond de l’eau, dit le Dr. Chris Wiant. Une eau claire indique généralement une piscine bien entretenue. Si l’eau est trouble ou que les rebords du bassin sont gluants, la piscine ne filtre sans doute pas bien les germes et les bactéries y sont trop nombreuses.»

4. Avoir les yeux qui piquent est également un bon indicateur, ajoute-t-il. «Le chlore et l’urine combinés deviennent un irritant.» Une vive douleur aux yeux serait donc un signe qu’il vaut mieux sortir de l’eau et passer sous la douche.

Je cours de ce pas montrer cette dégoûtante étude à tous ceux qui m’ont accusée de paranoïa. Je vous souhaite tout de même un bon été sous le soleil, et surtout, en toute sécurité! Un baigneur averti en vaut deux!