Êtes-vous Germaine?

Non, je ne demande pas si vous êtes de la Germanie ou si vous vous prénommez Germaine. (Je ne vous le souhaite pas.) Je fais référence à une Germaine, ce succulent jeu de mots qui représente une femme qui «gère» et qui «mène». J'ai d'ailleurs appris que l'expression est québécoise et à peu près inconnue dans le reste de la francophonie. Est-ce parce que les Québécoises sont plus Germaines, ou parce que le problème est généralisé ailleurs? Je ne saurais dire.

Étant donné qu'il n'y a pas de définition officielle, il serait peut-être bon d'expliquer ce que c'est. Une Germaine, c'est une femme qui est beaucoup trop contrôlante. À peu près toutes les filles ont un petit côté contrôlant qu'on accepte, mais la Germaine abuse largement de ce privilège. Elle dépasse la limite de l'acceptable. On en connait tous.

Elle est très facile à repérer. Il suffit d'allez prendre une bière entre «boys». Vers 22h, il y a toujours une blonde qui va appeler son chum pour lui dire de rentrer. C'est la Germaine! En fait, la vraie Germaine l'aurait peut-être empêché de sortir à la base sous prétexte qu'ils doivent aller aux pommes avec la belle-famille de bonne heure le lendemain matin.

La typique Germaine est à peu près toujours marabout ou en train de bouder pour une peccadille. La quête ultime de son chum mou est de lui ramener un semblant de bonne humeur. Une bonne humeur qui ne vient jamais. Ça n'empêche pas au pauvre homme de rêver qu'un jour, sa matrone moitié sera assez d'humeur pour faire l'amour avec lui. Malheureusement, le sexe pour la Germaine n'est rien de plus qu'un trouble nécessaire pour parvenir à ses fins. Elle ne s'en servira qu'en dernier recours, par exemple, pour le convaincre de ne pas aller à cet enterrement de vie de garçon avec les copains. (Pour ensuite lui dire qu'elle a la migraine.)

En fait, la Germaine et son «Germainé» ont une espèce de relation malsaine mère-enfant où la mère est particulièrement castratrice, et où l'enfant est plutôt maso. Il n'a pas de colonne, il se laisse contrôler, il fait des gags de « air lousse ». À première vue, on trouve que le gars fait pitié d'être tombé sur une femme aussi intense, mais on réalise avec le temps que curieusement, il tombe TOUJOURS sur des Germaines. Il ne se dompte jamais (ou il aime bien se fait dompter.) C'est pathologique. À la quatrième ou cinquième blonde de suite, on laisse aller.

Évidemment, chaque fois qu'on définit ce qu'est une Germaine, on exagère un peu et ça fait qu'aucune femme ne se sent visée. Et pourtant, c'est un peu l'inverse : chaque femme a un côté Germaine. Voici les trois degrés de Germainitude:
1. La fille qui organise les trucs sans castrer son homme.
2. La fille consciente d'être un peu Germaine (mais qui s'en veut lorsqu'elle s'en rend compte).
3. La totale Germaine inconsciente et épeurante.
Si vous êtes dans les deux premières catégories, ce n'est pas si mal. Si vous n'êtes pas certaine de bien pouvoir vous évaluer, vous pouvez demander à votre entourage. Tant que vous ne vous fiez pas à la réponse de votre chum. Il est en conflit d'intérêts, pauvre gars. En fait, si vous demandez à votre homme et que son visage pâlit de peur avant même qu'il ne réponde, vous avez votre réponse.